Il est remonté contre ceux qui persistent à faire fi du confinement instauré, glanant ici et là sans rien pour se protéger du Covid-19. Maurice, a-t-il rappelé, a enregistré 154 cas positifs au virus en à peine deux semaines . De plus, deux décès ont été signalés en 24 heures hier, portant le nombre de morts du coronavirus à cinq.

« Si asterla dimounn pa pe konpran, zot koko vid. Zot Covid zot mem », a lancé le Dr Gujadhur.

Ce mercredi 1er avril, lors du point de presse du National Communication Committee sur le Covid-19, il a expliqué comment les autorités procèdent pour le « contact tracing ».

« Quand quelqu’un est testé positif, nous le téléphonons. Nous lui demandons où il s’est rendu, où il travail, qui il a rencontré », a-t-il décrit.

« Le lendemain, cinq équipes vont chercher ses personnes qui ont été en contact avec le patient. Nous faisons des prélèvements que nous envoyons en laboratoire pour des analyses », a-t-il ajouté.

Le Dr Gujadhur a cité le cas d’un malade qui a infecté 17 personnes résidant à divers endroits. D’un autre qui a transmis le virus à 13 individus. « Nous avons retracé 94 cas par ‘contact tracing' », a-t-il indiqué.

Le constat est clair : « Le virus ne bouge pas, mais les gens oui ».

Il a réitéré son appel pour « res zot lakaz ». Aussi devait-il décrire les difficultés que rencontrent les familles dont les enfants ont été testés positifs au Covid-19. « Si zot pa ‘le zot zanfan al tousel dan sant, pran zot prekosion », a-t-il enjoué.

« Nous constatons tous les jours que les gens ne restent pas chez eux. Zot pe trene, sorry lexpresion. Si nous continuons ainsi, nou pou kas rekor Lamerik, Lafrans ek Litali », a-t-il averti.

Lire également :

COVID-19 : le nombre de cas positifs grimpe à 161