Après avoir connu toutes les galères possibles aux Jeux de 2007 à Madagascar, Yannick Lincoln avait à coeur de rectifier le tir cette fois. Installé grand favori du contre-la-montre individuel qui s’est déroulé hier à Grand Anse sur 21 km, le coureur mauricien avait beaucoup de pression sur les épaules. Il a toutefois géré son effort comme il se doit pour enfin remporter l’or dans cette spécialité qu’il affectionne tant, après sa médaille d’argent en 2003 et sa quatrième place il y a quatre ans à Tana. C’est clairement une revanche que le Mauricien a prise !
L’adversaire principal de Lincoln était sans conteste le héros local, Hedson Mathieu, double tenant du titre. Celui-ci allait être d’autant plus difficile à battre vu qu’il évoluait sur ses terres. Mathieu avait aussi l’avantage de partir en dernière position, ce qui lui permettait d’être renseigné sur les temps intermédiaires de ses rivaux.
À mi-parcours, le premier temps intermédiaire vraiment significatif était à mettre à l’actif du Mauricien Pascal Ladaub en 15’32. Yannick Lincoln devait faire mieux, soit 15’05, Sébastien Elma et Hedson Mathieu feront respectivement 15’23 et 15’17.
Dans la seconde moitié du parcours, soit le retour vers Grand Anse, Lincoln reprendra encore du temps à ses adversaires pour passer la ligne d’arrivée après 29’22. Elma lui concéda 30 secondes alors que Mathieu dut se contenter de la médaille de bronze avec un temps de 29’54. Le champion seychellois récoltait ainsi sa troisième médaille de bronze des Jeux après celui du chrono par équipe et de la course en ligne.
Pascal Ladaub dut se contenter de la quatrième place alors qu’à un moment il était un candidat pour le podium. Le Réunionnais Sébastien Elma, que l’on n’attendait pas forcément sur le podium, décrochait donc une belle médaille d’argent, confirmant tout le bien que l’on pense de lui.
« Le contre-la-montre individuel était mon objectif à ces Jeux. Nous étions tous très stressés avant cette course, et d’autant plus quand nous avons vu que personne n’était là pour ouvrir la route, alors que tous les Seychellois avaient un motard devant. Mais je suis très content de mon temps et d’avoir battu Hedson chez lui, aux Seychelles », lâchait Lincoln.
Quant à l’entraîneur de la sélection mauricienne, José Achille, il arrivait difficilement à dissimuler sa joie à l’issue de la course. « C’est vraiment extraordinaire. On termine comme on avait commencé, c’est-à-dire avec une médaille d’or. Yannick a fait ce qu’il fallait et a offert une très belle victoire au cyclisme mauricien. Lors du stage en France juste avant les Jeux, on avait constaté qu’il avait accompli beaucoup de progrès. Le seul doute c’était Hedson, du fait qu’il était chez lui. Il y a aussi le fait que les conditions n’étaient pas faciles ici. Une heure avant, le lieu exact du départ ne nous avait pas été communiqué. Mais tout cela ne nous a pas déstabilisés. Merci aux supporters pour leur soutien. J’ai un petit mot spécial pour Éric et Valérie qui nous ont reçus pendant notre stage à Urçay et pour Florent (Horeau) qui nous a accompagnés », confiait José Achille.
Ce dernier a aussi rappelé que cela faisait 13 longues années que le cyclisme mauricien n’avait pas remporté deux médailles d’or aux Jeux. À l’époque, à l’île de La Réunion, Maurice avait décroché l’or sur les deux mêmes épreuves. Le quatuor composé de feu Colin Mayer, Alain Denis, Patrick Haberland et Jean-Noël L’Entêté s’était imposé au contre-la-montre par équipe, tandis que Haberland l’avait emporté en individuel.
Le team manager de la sélection mauricienne, Martial Natchoo affirmait, lui, que ces Jeux sont une réussite pour le cyclisme mauricien. « C’est exceptionnel de rééditer ce que l’on avait réalisé en 1998 à La Réunion. Nous avons vécu dix jours avec les coureurs dans une ambiance vraiment extraordinaire. Tout a fonctionné comme sur des roulettes et nous avons ramené un très bon résultat. Tous ceux qui nous ont critiqués vont, je l’espère, revoir leur copie. »
Le cyclisme mauricien doit maintenant poursuivre sur cette lancée. Le Tour de Maurice arrive dans quelques jours (24-28 août) et il serait bien que l’équipe garde le même esprit de solidarité afin de rendre possible une nouvelle victoire. Il faut aussi penser pour le long terme. Ce serait bien de donner l’encadrement nécessaire aux jeunes afin qu’ils soient prêts à tenir la gageure dans quatre ans lors des 9es Jeux à La Réunion.