La Fédération mauricienne de Cyclisme (FMC) a tenu, lundi dernier au restaurant Kauai au Caudan (Port-Louis), à féliciter comme il se doit Kimberley Lecourt de Billot (19 ans), médaillée d’or des récents Jeux d’Afrique (Congo-Brazzaville) en course en ligne féminine et Yannick Lincoln (32 ans), chef de file de la sélection mauricienne aux Jeux des Îles de l’Océan Indien (JIOI), qui était revenu avec une médaille d’or (course en ligne) et deux d’argent (contre-la-montre individuel et par équipe). Un cocktail avait été organisé en leurs honneurs même si le dernier nommé n’avait pu faire le déplacement.
« Nous voulons fêter comme il se doit les belles prestations de Kimberley Lecourt aux Jeux d’Afrique et de la sélection masculine aux JIOI. Je tiens à remercier les coureurs qui ont donné le maximum pour faire honneur au quadricolore national. Nous sommes tous conscients des efforts et des nombreux sacrifices encourus. Nous avons une pépinière de talents à Maurice et la FMC est présent pour travailler en leur faveur », a fait ressortir le président Lawrence Wong. Ce dernier est d’ailleurs revenu sur la performance de Kimberley Lecourt de Billot. « Elle a fait preuve de beaucoup de courage et de détermination et nous espérons tous qu’elle poursuive sur cette voie car elle a un gros potentiel », a-t-il soutenu.
Même son de cloche du côté de l’entraîneur national, José Achille, qui a rendu un vibrant hommage à la jeune cycliste. « C’est vraiment une performance incroyable réalisée par Kim. Je dois dire qu’elle m’a vraiment surpris de par sa détermination. Je connaissais l’étendue de son talent, mais c’est son mental de fer qui m’a bluffé. Elle a fait face à l’adversité pour faire la différence. Son sacre m’a fait chaud au coeur », a-t-il indiqué. Kimberley Lecourt a, pour sa part, fait ressortir qu’il y avait une bonne ambiance au sein de la sélection aux Jeux d’Afrique. « J’étais confiante de pouvoir réaliser une belle performance lors de la course en ligne. J’ai mis toutefois un peu de temps pour réaliser que j’avais remporté l’or », a-t-elle expliqué.
Notre interlocutrice avoue avoir à plusieurs reprises songé à arrêter le vélo. « J’ai eu raison de persévérer et de ne pas me laisser décourager. Je me souviens que j’allais souvent dormir en pleurant quand je n’y arrivais pas. Maintenant, tout cela est derrière moi et cette performance au Congo-Brazzaville restera comme un déclic pour moi car j’estime avoir les capacités pour aller encore plus loin », a-t-elle conclue.