L’Association justice, réparation et restitution reprend la lutte contre la dépossession des terres. C’est l’annonce faite lors d’une conférence de presse ce mardi 26 novembre au centre Marie Reine de Paix, dans la capitale.

L’association et son comité de soutien   déplorent le mutisme du gouvernement et réitèrent leurs demandes pour des actions concrètes afin de résoudre les cas de dépossession des terres.

« Nous réclamons une rencontre avec le Premier ministre en compagnie de l’Attorney General », a souligné Clency Harmon, porte-parole de l’association. Une lettre sera envoyée en ce sens au bureau du Premier ministre.

Clency Harmon a expliqué également qu’ils attendent une coordination plus souple entre son association et le bureau du Premier ministre, ainsi qu’un « draft » du Land Court Amendment Bill qui a été soumis au Chef juge. « Il nous faut une copie de ce draft afin que notre équipe légale puisse travailler dessus”.

Jack Bizlall, du comité de soutien, a soutenu que « notre objectif est que cette loi accède au parlement dans le plus bref délai”. 

L’association réclame également qu’un de leurs membres soit invité au sein du board du Land Research and Monitoring Unit, mis sur pied par le gouvernement, pour plus de transparence et ainsi mieux gérer la situation à laquelle font face les victimes.