Photo illustration

L’avoué Preetam Chuttoo et sa cliente Mandavani Sabapathee se sont présentés hier aux Casernes centrales pour un “Further Statement” dans l’affaire de détournement de Rs 3 milliards du Suisse Eric Freymond.

L’homme de loi avait en effet allégué dans le sillage de cette affaire que les hommes d’affaires, Rakesh Gooljaury et Ramen Sawmynaden, avaient ourdi « un complot » contre sa personne pour « m’intimider et nuire à ma réputation professionnelle ».

L’avoué ainsi que sa cliente ont rencontré hier le DCP Devanand Reekoye, patron du CCID, pour étaler les dessous de cette histoire de Rs 3 milliards mais aussi pour faire part des appréhensions de tentatives de “Cover Up” dans l’enquête policière.

Les protagonistes ont retracé le fil des événements et se sont attardés sur la thèse de complot de rapporter l’avoué Chuttoo à la Mauritius Law Society. Selon l’homme de loi qui assiste Mandavani Sabapathee, il y aurait eu « conspiracy to do an unlawful act » en vertu de l’article 109 du Criminal Code.

Il a ainsi demandé au CCID de s’assurer que « cette enquête contre Rakesh Gooljaury et Ramen Sawmynaden soit conduite en toute indépendance, soit sans aucune ingérence ». Il a expliqué au Mauricien avoir « demandé au CCID que toutes les procédures de l’enquête soient respectées ». Et d’ajouter : « Et que Monsieur Reekoye surveille de près afin qu’il n’y ait aucune ingérence. »

Selon lui, le CCID voulait « en savoir plus » sur le locus standi de sa cliente dans cette affaire de Rs 3 milliards. « Il existe deux protocoles d’accord qui seraient irrévocables », dit-il. Et de préciser que « se pa enn konfrer ki revok manda enn avoka e a okenn moman madam Sabapathee pann revok mo manda ni okenn revokasion de Misie Freymond ».

Preetam Chuttoo a aussi laissé entendre au CCID qu’il n’a « jamais nié avoir rencontré le duo Rakesh Gooljaury et Ramen Sawmynaden lors de trois “without prejudice meetings” », soit du 18 au 20 août dernier.