Le Mauritius Turf Club Limb de l’enquête du Central CID sur le détournement allégué de Rs 105,4 millions pourrait compromettre d’autres propriétaires de coursiers inscrits au programme du MTC. Depuis hier après-midi, Winsy Buttié, accusée d’être l’auteur de cette fraude massive présumée au préjudice de HLB Appavoo & Associates Ltd, s’est en effet lancée dans une opération de révélations des prête-noms utilisés de l’acquisition de chevaux à l’étranger, notamment en Afrique du Sud, au nom des écuries membres du MTC. La suite de l’interrogatoire “Under Warning” de l’ancienne partenaire de Clensy Appavoo a repris sur ce chapitre ce matin. En début d’après-midi, la motion de remise en liberté provisoire, déposée par Mes Ashley Ramdass et Varuna Bunwaree, dont les ses services ont été retenus par la Lady du MTC, doit être débattue. Mais, aux dernières nouvelles, les responsables de l’enquête au Central CID n’ont pas objecté à la remise en liberté sous des conditions très strictes, dont une caution de Rs 125 000 et une reconniassance de dettes de Rs 16 millions.
Depuis ces dernières 24 heures, le gratin du turf mauricien est sur le qui-vive quant aux conséquences des révélations de Winsy Buttié sur le réseau de prête-noms pour les propriétaires des chevaux et également des retombées possibles de toute action légale initiée par l’Asset Recovery Unit de l’Office of the Director of Public Prosecutions. En effet, l’ancienne partenaire d’affaires de Clensy Appavoo a été confrontée à ses activités en tant que membre du MTC avec des chevaux courant en nom sur les programmes hippiques depuis des années déjà.
Les hommes des assistants-commissaires de police Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi ont montré un intérêt initial pour au moins cinq chevaux sous les couleurs des écuries Perdrau et Maigrot, en l’occurrence Amaphupho, Power Dive, Black Gambit, Kalinago et Pageantry. L’objectif de cette étape de l’enquête est d’établir les “Sources of Funds” utilisées pour l’importation de ces unités et de confirmer si des “Tainted Funds” ou encore des “Proceeds of Crime” ont été engagés dans ces opérations pour rechercher des “Freezing Orders” des avoirs identifiés du juge siégeant en référé en Cour suprême.
Dans un premier temps, Winsy Buttié a cru vouloir renverser la vapeur sur Clensy Appavoo, mais la thèse avancée est, semble-t-il, remise en question par les hommes du Central CID vu la proximité de Winsy Buttié avec des Top Guns du MTC, et qui sont du domaine public, surtout après cette fête d’anniversaire dans un établissement hôtelier, devenue célèbre aujourd’hui.
Pour tenter d’accréditer sa ligne de défense avec des allégations pour incriminer Clensy Appavoo, Winsy Buttié a fait état des pratiques établies et reconnues de prête-noms au sein du Mauritius Turf Club. Ainsi, elle a jeté en pâture les noms de trois membres de la profession légale bénéficiant de la couverture de prête-noms sur le turf mauricien. Toutefois, à la reprise de l’interrogatoire ce matin, le Central CID s’est intéressé davantage au financement de l’acquisition des cinq chevaux susmentionnés, et ayant pour propriétaires officiellement des membres de la famille Buttié. Winsy Buttié a réclamé du temps pour se « rafraîchir la mémoire » au sujet de l’importation des coursiers en question avant de conclure cette séance d’interrogatoires s’échelonnant sur les dix derniers jours.
En fin de journée, Winsy Buttié, qui avait été en détention policière depuis le mercredi 30 avril dernier, devait retrouver la liberté provisoire. Avec la fin de l’audition “Under Warning” de la suspecte, la police n’a pas objecter à la “Bail Motion”, qui devra être débattue cet après-midi en Cour de Port-Louis devant le magistrat Callychurn. Les seuls éléments qui attendent d’être versés au dossier à charge dans le détournement de fonds de Rs 105,4 millions concernent des documents émanant des banques commerciales et autres institutions financières sur les transactions opérées de manière illicite au nom de Winsy Buttié. Les banques ont fait comprendre que les documents réclamés ne devront être disponibles que dans un délai minimal d’un mois.
En parallèle, le Central CID a déjà entendu hier après-midi Mario Buttié, l’époux de la suspecte, au sujet d’un versement de Rs 500 000 à la Mutual Aid, dénoncé par Clensy Appavoo. Les explications de Matio Buttié à ce sujet sont considérées comme étant « satisfaisantes » par les enquêteurs et il a pu rentrer chez lui sans être inquiété outre mesure.
La mère de Winsy Buttié, Denise Hendy, une octogénaire – et dont le nom a été cité comme faisant partie du personnel de HLB Appavoo & Associates comme employée fictive –, a été convoquée ce matin aux Casernes centrales. Ses explications au sujet des versements réguliers dans le “Joint Account” avec sa fille sont consignées “Under Warning”.
L’enquête policière se poursuit avec l’assignation d’autres employés de HLB Appavoo & Associates Ltd dont les comptes ont vu d’importants versements et retraits bancaires, comme cela avait été le cas pour le planton Raj Sooklall, lequel a dû fournir une caution de Rs 20 000 et une reconnaissance de dettes de Rs 200 000 lors de son inculpation provisoire hier. Des versements illicites de Rs 2,9 millions, sur ordre de Winsy Buttié, ont été confirmés dans le compte bancaire de ce préposé licencié en février dernier avec l’éclatement de la Buttié/Appavoo Saga…