Vous êtes hyper émotive et fondez en larmes pour un rien, vous avez très peu d’estime de vous-même, vous refoulez vos émotions au lieu de les extérioriser ou vous êtes tellement submergé par celles-ci que vous ne parvenez pas à les gérer. Divers techniques et exercices peuvent vous aider dans votre démarche. Jean-Noël Macaque, Coach en Gestion des Émotions offre une méthode positive dans une pédagogie simple, réaliste et réalisable pour vivre plus sereinement au quotidien. La formation en gestion des émotions apporte le bien-être à l’individu. Elle offre des clefs pour apprendre à mieux gérer ses états émotionnels comme la peur, la colère et la tristesse…etc.
Pour Jean-Noël Macaque, « Une émotion est une réaction naturelle. Ce ressenti peut être positif ou négatif. Éprouver des émotions est tout à fait normal. L’émotivité fait partie de l’être humain au même titre que la capacité de raisonner ». Pourquoi faut-il apprendre à les gérer? « Les émotions négatives sont toxiques. Elles nous nuisent; l’émotion est un mouvement en soi, qui se traduit dans un langage. Et, faute du vocabulaire émotionnel, nous les refoulons», dit-il. Il existe en effet des personnes qui savent exprimer leurs émotions, d’autres ont du mal à les verbaliser et les répriment. Refouler ses émotions apporte des conséquences dans notre vie. «Moins nous avons des mots pour nous exprimer, plus nous avons des maux», dit-il. Selon lui, nous pouvons ne pas être d’accord avec des situations ou des personnes. Mais, nous pouvons aussi, dans un respect réciproque, exprimer nos émotions calmement, et non les garder à l’intérieur pour qu’ensuite elles explosent. Selon lui, nos émotions sont en lien direct avec nos pensées et nos comportements. Par ailleurs, poussées à leur paroxysme, elles peuvent devenir destructrices pour l’esprit comme pour le corps. «Nos émotions négatives sont des énergies de forte intensité. Par conséquent, plus nous laissons nos états émotionnels négatifs — comme la peur, l’anxiété, l’angoisse, la colère, la tristesse, la jalousie — prendre le dessus sur notre vie, plus nous aurons des dégâts sur le plan physique et mental», dit-il
À l’instar de la colère, qui trop emmagasinée, est dangereuse. «La colère est comme une mine à l’intérieur de soi, elle peut nous conduire à la violence verbale ou même physique. De même, la tristesse est également néfaste, car elle peut, par exemple, engendrer la dépression». Ariane Liong Fah, mère de famille, nous livre son témoignage: «J’étais au fond de l’abîme. Mes amis ainsi que ma famille me soutenaient mais j’essayais de survivre, du moins physiquement». Celle-ci s’engouffrait dans une dépression suite aux problèmes personnels et le décès de sa mère après une longue maladie. «Un jour, j’ai décidé de ne plus continuer de « survivre » mais de « vivre » et j’ai suivi le cours en gestion des émotions. Cela m’a complètement transformée. J’ai dû m’armer de courage afin de regarder au fond de soi et d’être vraie avec moi-même».
« Un travail sur moi en profondeur »
Jean-Noël Macaque explique que si nous ne maîtrisons pas nos émotions négatives, elles prennent des proportions alarmantes. «Prenons le cas d’un enfant de six ans qui a été blessé par des suggestions négatives d’un adulte. Nous sommes nous-mêmes parfois bombardés par des suggestions négatives. Mais en tant qu’adultes, nous pouvons choisir de les recevoir ou les rejeter. Par contre, l’enfant blessé est vulnérable. Il ne sait pas mettre des mots sur ses maux, il enregistre ces suggestions dans son subconscient. Un jour, une situation viendra réveiller cette blessure».
Les émotions négatives sont comme les dessous de l’iceberg, ces 90% qu’on ne voit pas. Il faut alors les faire remonter et parfois cela peut réveiller des souffrances plus intenses. «Beaucoup d’émotions négatives se déclenchent fréquemment chez nous. Par exemple, la perte d’un être cher ou la rupture dans une relation. C’est dur à vivre dans ces moments et les pensées ne cessent de se bousculer dans notre tête», dit-il.
Lorsque survient un choc émotionnel, tel que la perte d’un être cher, on peut parfois s’enliser dans la dépression si on est mal équipé et fragilisé. Frédérique qui a suivi la session, a eu beaucoup de mal à accepter cette situation: «J’ai perdu mon époux, qui a trouvé la mort dans son lieu de travail. J’ai eu un choc en apprenant la nouvelle. Le chagrin, la colère et le sentiment d’impuissance m’ont envahie parce que j’attendais son retour comme les autres après-midi. J’ai eu du mal à accepter cette situation. Aujourd’hui je fais un travail sur moi en profondeur», raconte-t-elle. 
Jean-Noël Macaque affirme que nous n’avons pas de pouvoir sur les évènements, les situations ou même les gens. «Nous avons un choix à faire dans la vie. Soit nous restons sur nos manques et nos blessures, sois nous avançons tout en lâchant prise et accepter que nous ne pouvons pas tout contrôler. Une fois que les émotions ont joué leur rôle de signal d’alarme pour nous indiquer ce qui ne va pas, il ne faut pas que ce soient elles qui gèrent notre vie jusqu’au bout, il faut que notre esprit reprenne le contrôle de la situation».
Sur l’échelle des émotions, la peur serait la plus néfaste. Elle peut se transformer en phobie. Cela devient alors un trouble panique et est néfaste aussi bien physiquement que psychologiquement. Gérer tout seul cette émotion n’est pas possible. Il est alors important de suivre une psychothérapie. La peur peut aussi conduire une personne à se renfermer et à se replier sur elle-même. C’est le cas de Priscille Papé, 33 ans. «Je refoulais mes émotions, je n’avais pas de confiance en moi et j’étais bloquée par la peur. Aujourd’hui, j’ai appris à mieux me connaître, à m’accepter et à m’aimer. Je m’accepte avec mes faiblesses, mes imperfections et surtout ma vulnérabilité. J’ai retrouvé ma paix intérieure et j’apprends à faire les choses avec amour».
Identifier, contrôler et exprimer
Selon le coach, nous ne pouvons nous débarrasser de nos émotions. Mais, nous pouvons apprendre à les identifier, les contrôler et les exprimer. Ainsi, une personne qui a retrouvé la paix intérieure, qui a appris à s’accepter et à s’aimer, à apaiser son mental est une personne qui sait gérer ses émotions.
Comment se déroule une session en gestion des émotions? Dans les sessions, l’accent est mis sur le self-awareness et le mindfulness. «Nous touchons la pleine conscience de soi, c’est-à-dire nos pensées, nos émotions, nos croyances, nos attitudes et nos comportements. Tous ces aspects sont liés et font notre humanité. Nos émotions sont liées à tout cela», dit-il.
Nos émotions seraient liées à nos pensées et nos langages, donc nous avons besoin d’une intelligence émotionnelle et le renforcement du vocabulaire émotionnel. «Danielle Goleman (auteur de « L’intelligence émotionnelle ») nous dit qu’il existe un art d’utiliser ses émotions de façon appropriée pour nous rendre plus intelligent sur le plan humain», dit-il.
La panoplie des émotions que l’être humain peut ressentir est bien entendu très large. Robert Plutchik, psychologue américain, a créé la roue des émotions pour illustrer diverses émotions, leurs relations et combinaisons. Il considère qu’il y a cinq émotions de base: la joie, la peur, la tristesse, la colère et le dégoût. Ainsi, dans le cours, les personnes travaillent sur une échelle des émotions et sur les états dérivés d’émotions de base. D’abord, il faut apprendre à identifier et à comprendre les émotions auxquelles nous avons affaire pour pouvoir mieux les exprimer, dans des mots justes et concis.  «Souvent, les émotions négatives nous dévient de notre stabilité, notre bien-être et notre paix. Par exemple, la culpabilité nous dévie de notre état de sérénité. Dans ce cours, nous prenons aussi conscience de nos motivations, besoins, valeurs, de nos défauts et du renforcement de nos qualités», explique-t-il.
Comment comprendre nos émotions, comment les gérer est une autre étape dans ce parcours. «Nous offrons nos services aux individuels, aux groupes, aux collèges et aux entreprises. La session de base est d’une durée de 12 heures. Le ‘Refreshment Course’ est d’une journée et un ‘Advanced Session est de 40 heures».
La formation en Gestion des émotions a lieu dans un local à la Rue Thomy Pitot à Rose-Hill. La prochaine session se tiendra au mois de mars. Pour tout renseignement, appeler sur le 230- 59 24 71 62 ou 230-59 51 14 75.