Un drame familial s’est déroulé hier après-midi vers 14 heures dans la région de St-Paul, à Phoenix. Mala Dayal, 55 ans, a en effet été étranglée par son concubin, Georges Roussety, 61 ans, à l’aide d’une serviette. Le suspect s’est rendu de son propre chef à la police après avoir commis son forfait et a été placé en détention.
À ce stade de l’enquête, le mobile du meurtre pourrait être une sombre histoire de sorcellerie. Selon certaines indications, Georges Roussety serait en effet devenu dépressif depuis quelques temps, thèse accréditée d’ailleurs par le fait qu’il aurait déjà suivi un traitement médical à l’hôpital Brown Séquard. Sa concubine, Mala Dayal, aurait alors approché un guérisseur à cet effet. Mais le présumé meurtrier ne devait pas approuver cette démarche. La situation aurait alors très vite dégénéré hier après-midi, provoquant une violente dispute au sein du couple à leur domicile, à St-Paul. Et c’est au cours de cette altercation que Georges Roussety aurait étranglé Mala Dayal avec une serviette, et ce avant de se rendre à la police.
L’autopsie, pratiquée hier par le Police Medical Officer, a attribué la mort aux suites d’une « asphyxia due to compression of the neck ». En attendant de consigner un « full statement », le suspect est déjà passé aux aveux et est revenu sur le scénario d’hier après-midi. Il a passé la nuit d’hier à ce matin au centre de détention de Vacoas. Dans la matinée, les enquêteurs du Central Division de la CID prenaient les dispositions nécessaires pour la comparution de Georges Roussety devant le tribunal de Curepipe en vue de son inculpation provisoire de meurtre. Après cette étape, le suspect devrait être interrogé dès aujourd’hui “under-camera” dans les locaux de la MCIT aux casernes centrales.