Au fur et à mesure que progresse l’enquête de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) dans la double saisie de 12 kilos d’héroïne d’une valeur de Rs 180 millions, les indications tendent à confirmer que l’imam Moosa Beeharry, qui jusqu’à vendredi dernier était officiant religieux de foi islamique à la prison, constitue un pion important dans un « Drug Syndicate » international avec pour plaque tournante Dubayy.
Avant l’interrogatoire de ce suspect, qui a retenu les services de Mes Shawkat Oozeer, Hishan Oozeer et Twafiq Joomaye, les limiers de l’ADSU dressent le background des connexions établies. Ils sont parvenus à la conclusion qu’avant de se transformer en courrier de drogue pour des trafiquants du réseau de l’Ouest, le Morale Instructor de la Prison Centrale, était au service d’un autre trafiquant notoire, l’Ougandais James Mikasa, purgeant une peine de prison de 30 ans pour importation d’héroïne.
Le toile de fond de la prochaine séance d’interrogatoire de Moosa Beeharry portera sur les ramifications internationales du réseau de l’Ouest d’autant plus que lors de la perquisition du domicile du suspect, qui est étroitement connecté politiquement, une preuve accablante aurait été saisie par l’ADSU. L’existence de photos du maulana avec son contact de Dubayy lors de ces « missions » attend d’être confirmée officiellement.
Les informations que communiquera aux enquêteurs de l’ADSU l’imam de la Prison Centrale devraient confirmer la dimension internationale de l’enquête avec des échanges d’informations au niveau d’Interpol et d’autres instances régionales engagées dans la lutte contre le trafic de stupéfiants. Du côté des enquêteurs, l’on se montre extrêmement prudent par rapport à l’interrogatoire du suspect.
Les limiers de l’ADSU de Plaine-Verte, menés par l’inspecteur Assaad Rujub, confrontera l’imam Beeharry à des informations selon lesquelles, avant de se mettre au service des parrains du réseau de l’Ouest, il avait été embrigadé par un autre trafiquant notoire, l’Ougandais James Mikasa Kanamwaje. Ce dernier, qui était un courrier de la drogue de ce Drug Syndicate international, avait initialement opéré de sa cellule de la prison de Beau-Bassin avec la collaboration de Moosa Beeharry à travers des déplacements à Dubayy.
Par la suite, James Mukasa devait entrer en partenariat avec le dénommé Very Good, un trafiquant local condamné à 30 de prison, pour relancer les importations d’héroïne avec Rudolf Dereck Jean-Jacques, alias Gros Dereck, qui aurait assuré le contrôle des opérations à l’extérieur.
L’ADSU n’écarte pas la possibilité que l’imam Beeharry soit au service de plusieurs gangs de trafiquants de drogue, opérant sur la base d’un pacte connu comme le « Mutual Let Live Agreement » avec des territoires bien définis entre parrains. L’enquête suit son cours car à ce jour Hayeshan Madarbacus, dit Long Laskar, le steward du Mauritius Trochetia, et l’imam de la Prison Centrale sont dans l’attente de consigner leurs versions des faits alors que le chauffeur de taxi Ashish Dayal et ses connexions politiques sur le répertoire de son téléphone cellulaire suscitent de plus en plus d’intérêt…  
D’autre part, suite à de nouvelles dénonciations du suspect Ashish Dayal consignées hier, l’ADSU de la Plaine-Verte a procédé à l’arrestation d’un autre suspect, Antoine Azie, impliqué dans le trafic de drogue du réseau de Gros Dereck. Ce nouveau suspect a été formellement identifié par Ashish Dayal. Il a également comparu en Cour et reconduit en cellule policière.