L’Association des Consommateurs de l’Ile Maurice (ACIM) s’est penchée, vendredi dernier, lors d’une conférence de presse au bureau de l’ACIM, à Bell Village, sur deux thèmes précis : les causes de l’augmentation du prix des légumes et les mécanismes de protection des consommateurs. L’ACIM trouve que les vraies raisons de l’augmentation du prix des légumes sont beaucoup plus dues à des causes artificielles que naturelles. Un des facteurs à l’augmentation, selon le président de l’association, Jayen Chellum, est lié au mode de profit exagéré pratiqué par les planteurs et les commerçants.

Il cite deux exemples: “À Flacq, 3 légumes sur 10 sont vendus à plus de 50% de profit de l’encan au détail et 2 autres sont à 50% de profit. À Port-Louis, 9 légumes sur 10 sont vendus à plus de 50% de profit, le piment étant à 433% de profit.” En ce qu’il s’agit des droits des consommateurs, l’ACIM propose que la loi soit amendée pour que les marchands de légumes soient obligés d’afficher les prix au marché. “Nous proposons même des amendes variant entre Rs 50,000 et Rs 100,000 en cas de non-respect de ces règlements”, dit Jayen Chellum.