Las d’attendre, des membres de la Parent-Teacher Association (PTA) du Dunputh Lallah SSS se sont réunis devant cet établissement, ce mercredi 6 février, pour manifester et envoyer un signal fort à la direction de l’école. Ils réclament une nouvelle équipe administrative à la tête de ce collège.

« Nous avons l’impression que l’administration a peur de prendre des décisions. Enough is enough. L’année dernière on nous a informés que l’administration changerait, mais il en est toujours rien », lance Jocelyn Ramma, un membre de la PTA.

Pour l’association de parents et enseignants, les « nombreux problèmes » s’accumulent au sein de cet établissement secondaire. Leurs doléances, regrettent les membres de la PTA, ne sont « pas prises en considération » par le personnel administratif, qui « fait la sourde oreille ». Cette situation, soulignent ceux présents, « dure depuis trop longtemps ».

Catastrophique.

Les manifestants relatent que l’année dernière a été « catastrophique ». Et d’indiquer : « Une enseignante d’une matière importante était absente de manière répétée, alors que les étudiantes étaient en fin de cycle secondaire, notamment en Form V et VI ».

Les parents expliquent avoir réclamé depuis le 10 janvier une réunion urgente avec l’école. « Nous n’avons pas eu de réunion depuis novembre de l’année dernière. De plus, ils exigent que nous tenions des réunions pour pas plus de 40 minutes ».

Ils se disent « confus » par la position adoptée par le président de la PTA et déplorent son rôle dans toute cette affaire. « Une réunion a été organisée le 9 janvier entre elle et la rectrice. Mais la PTA est liée au professorat et non à la direction », soulignent les parents.

Ils souhaitent ainsi que le ministère de l’Education « se réveille de manière urgente » pour considérer leurs doléances.