Un peu plus de treize mois après avoir consigné une déposition au sujet des allégations de séquestration dans la nuit du 16 au 17 février 2015 formulées contre trois VVIPs, dont l’ancien ministre Pravind Jugnauth, le ministre des Services financiers, Roshi Bhadain, et l’Attorney General, Ravi Yerrigadoo, la VVIP Saga remonte à la surface. En effet, suite à une lettre adressée récemment au commissaire de police, Karl Mario Nobin, deux anciens Attorney General, Mes Rama Valayden et Yatin Varma, ont rendez-vous au QG du Central CID pour un Status Report de cette affaire, dénoncée par voie d’affidavit juré le 26 février 2015 par Thomas Axel Michel Galet, Deputy Chief Operating Officer du groupe Dufry, et Simo Carevic, Chief Executive Officer de la Mauritius Duty Free Paradise Co. Ltd. Depuis la déposition consignée conjointement par Mes Valayden et Varma, très peu d’indications ont transpiré des procédures initiées par les limiers du Central CID. Le rendez-vous, prévu en fin de semaine, a été reporté à mercredi prochain.
Devant le silence radio adopté aux Police Headquarters depuis début mars de l’année dernière, les deux anciens Attorney General ont écrit officiellement au commissaire de police en vue d’obtenir un Status Report à ce sujet, d’où le rendez-vous convenu en cette fin de semaine entre les deux parties. Toutefois, la teneur de cet affidavit, notamment la partie ayant trait à la présence et à la participation de Rakesh Gooljaury dans cette opération de séquestration et d’intimidation des représentants de Dufry AG, Suisse, dans l’appartement de l’Attorney General à Quatre-Bornes, revêt toute son importance dans la conjoncture.
Cet épisode dans la nuit du 16 au 17 février 2015 pourrait constituer une pièce maîtresse dans la stratégie de Credibility Test auquel Rakesh Gooljaury sera soumis lors du premier procès au pénal instruit sur décision du Directeur des poursuites publiques (DPP) contre l’ancien Premier ministre, Navin Ramgoolam, dans le cadre de l’opération Lakaz Lerwa Lion. Dans le procès concernant les incidents au bungalow de Roches-Noires dans la nuit du 2 au 3 juillet 2011, le témoignage de Rakesh Gooljaury dans le complot qui aurait été ourdi par Navin Ramgoolam avec la complicité alléguée des Deputy Commissioners of Police, Dev Jokhoo et Ravine Sooroojebally, s’avère d’une importance capitale pour le Ministère public.
En prévision de l’ouverture de cette première High Profile Trial, qui sera appelée Pro-Forma, jeudi prochain, l’entourage du leader du Parti travailliste, mise sur cette séquestration des représentants du Dufry AG en vue d’accréditer la thèse de la « vendetta politique » contre Navin Ramgoolam. D’ailleurs, au paragraphe 5 de cet affidavit, Michel Galet et Simo Carevic mettent l’accent sur le rôle de Rakesh Gooljaury dans le rendez-vous du 16 février 2015 avec les trois VVIPs, cela ayant en toile de fond les dessous du contrat à Dufry AG et son renouvellement.
« During the dinner, Mr Gooljaury invited us to meet one Mr Pravind Jugnauth – Minister of Technologies, Communications and Innovations, a friend whom he knew for the past 15 years and who he said is also the son of the Prime Minister of Mauritius. The reason behind that he was instructed by Mr Pravind Jugnauth to convey a message to the top management of Dufry AG through the Chief Operating Officer. Mr Gooljaury further informed us that the present government will be even more flexible if we provide them the same ‘deal’ that was allegedly offered to the previous government », déclarent les deux représentants de Dufry en guise de préambule dans l’affidavit, qui décrit en détail les intimidations et menaces proférées contre eux dans la nuit du 17 février 2015.
Aux paragraphes 26 et 27 de l’affidavit, il est fait mention que « Mr Gooljaury openly added that in order to get 10 more years management contract, Dufry AG will have to make ‘same deal’ with the present government which referred to allegations that Dufry AG allegedly bribed the previous government. Mr Roshi Bhadain requested us that he needed proof that Dufry AG had bribed the previous Prime Minister would enable him to eventually investigate on the bank accounts of the previous Prime Minister on possible briberies ».
Les révélations de la teneur de l’affidavit du 26 février 2015 avaient suscité des remous sur l’échiquier politique avec un Private Notice Question du leader de l’opposition, Paul Bérenger. Répondant, le Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a fait état du rôle crucial de Rakesh Gooljaury dans le volet de Dufry. « The discussions revolved around full and frank disclosure of all documents from Dufry A.G. to the Government of Mauritius regarding the agency sales agreement which had been signed by Frydu and the transfers of shares to Wigam Holdings Ltd », a confirmé sir Anerood.
Poursuivant, le Premier ministre a ajouté que « Mr D. Gooljaury had provided documents relating to transactions which had taken place prior to 2013 when he was apparently kicked out of the structure when part of the ownership was transferred to Wigam Holdings Ltd. Mr D. Gooljaury asked the representatives of Dufry A.G. to provide to the Government of Mauritius all other documents from October 2013 to date. Both representatives of Dufry A.G. could not provide same and had to contact several representatives of their higher management to obtain relevant information regarding the structure of Dufry A.G., Frydu and Wigam Holdings Ltd post October 2013. »
Dépendant des réponses et des éclaircissements obtenus du Central CID en cette fin de semaine au sujet de l’enquête sur l’affidavit du 26 février 2015, Mes Valayden et Varma décideront de la marche à suivre.