« False and baseless. » C’est en ces termes que Raj Bappoo, directeur du Dr D. Y. Patil Medical College, qualifie les accusations portées contre l’institution par deux étudiants indiens. Ces derniers reprochent à cet établissement de les avoir forcés à pratiquer à l’hôpital Nehru alors qu’ils ne sont pas enregistrés au Medical Council. Le Dr Rakesh Sharma, Dean de la faculté, affirme : « Aucun médecin non accrédité ne traite les patients. » Il reconnaît toutefois qu’il y a eu « un problème de retard » dans les accréditations à la suite des amendements portés à la Medical Council Act l’année dernière.
Raj Bappoo, qui est aussi l’époux de la ministre de la Sécurité sociale Sheila Bappoo, confirme avoir reçu « une mise en demeure et non une plainte » de deux étudiants indiens. Il a toutefois refusé d’en révéler la teneur, arguant agir selon les conseils de son avocat. Il a également signifié son intention de prendre des actions légales, à son tour, contre les deux étudiants.
Raj Bappoo a également énuméré la liste de ses chargés de cours, leurs qualifications ainsi que leur expérience professionnelle. Il tient ainsi à démentir les allégations à l’effet que « les lecturers ne sont pas qualifiés ». Il précise également que l’institution a un comité d’éthique qui se charge de veiller aux bonnes pratiques. Les Post Graduate Students, quant à eux, font leur « clinical training » à l’hôpital Jawaharlal Nehru, à Rose-Belle, depuis la signature d’un Memorandum of Understanding (MoU) avec le ministère de la Santé. « Ils participent même au night shift », a-t-il précisé.
Le Dr Rakesh Sharma, Dean du D. Y. Patil Medical College, a tenu à clarifier les procédures d’accréditation des cours proposés. « Dans certains pays, c’est le Medical Council qui donne l’accréditation pour les cours de médecine. À Maurice, c’est la TEC qui donne cette accréditation. Pour cela, nous avons dû toutefois soumettre un document d’un millier de pages au Medical Council. Par ailleurs, nous sommes affiliés à l’University of Technology (UTM), qui est l’“awarding body”. »
Ce dernier est d’avis qu’il y a une « confusion sur la question, d’où les accusations formulées ». Le Dr Sharma reconnaît toutefois qu’il y a un problème d’enregistrement au Medical Council pour 16 étudiants en raison des amendements à la Medical Council Act l’année dernière. Ceux-ci doivent avoir trois ans de service dans leur pays avant d’être enregistrés à Maurice. « Nous avons demandé au ministère de travailler dessus afin que nos étudiants médecins ne soient pas pénalisés. »
Le Dean a tenu à préciser : « Aucun médecin non accrédité ne traite les patients. Ils sont en formation sous la supervision des consultants. » Le Dr Sharma a aussi élaboré sur les conditions nécessaires pour accéder au Post Graduate Courses : « Les étudiants doivent obtenir leur MBBS d’une université reconnue. Ils doivent avoir fait leur internat et être enregistrés comme médecin dans leurs pays et avoir pratiqué comme généraliste pendant 18 mois. Lorsqu’ils arrivent ici, ils passent par un examen médical pour s’assurer qu’ils sont en bonne santé. Ce n’est qu’après qu’ils peuvent demander un visa d’étudiant pour la durée du cours. »
Le Dr Sharma a également affirmé que le collège d’Ébène « n’a rien à faire avec l’University Grant Commission » de l’Inde, cette dernière étant une institution indépendante.