• Dans une demande de révision judiciaire logée en cour, l’Acting Coordinator évoque un exercice arbitraire

Une Acting Coordinator de l’Early Childhood Care and Education Authority a saisi la Cour suprême pour demander une révision judiciaire de la décision de l’organisme de procéder à la nomination de Coordinators à son insu. Dans sa demande, elle dit avoir agi en tant qu’Acting Coordinator de 2016 à 2019 et que, selon ses qualifications et expériences, elle aurait dû être promue au poste de Coordinator. Elle demande donc à la cour d’annuler la décision de l’ECCEA et au board de l’organisme de produire les documents sur lesquels il s’est basé pour promouvoir d’autres personnes à sa place.

La motion a été logée lundi devant le chef juge. L’avoué Kaviraj Bokhoree, qui représente l’Acting Coordinator Koushmalee Tour, a dit avoir demandé un renvoi pour qu’un “fresh service” soit effectué sur les co-défendeurs dans cette affaire (il s’agit des autres employés qui ont été promus). L’Early Childhood Care and Education Authority objecte à cette démarche. L’affaire sera de nouveau appelée le 8 juillet.

Dans son “motion paper”, Koushmalee Tour demande à la cour d’émettre un ordre pour suspendre l’exercice de promotion en attendant que le “main case” soit entendu. Par ailleurs, elle souhaite avoir les documents sur lesquels le Human Resources Committee Board de l’ECCEA s’est basé pour valider la promotion d’autres personnes au poste de Coordinator le 13 juin dernier. Elle demande à la cour de déterminer si « there was a substantial procedural flaw in the appointment process which ought to be made “by promotion on the basis of experience and merits” ».

Dans son affidavit, elle fait ressortir qu’elle détient in Diploma en Preschool Educational Management & Inspection du MIE. Elle a commencé sa carrière en tant qu’enseignante à la maternelle à l’école municipale de Curepipe en 1983. En 2003, elle avait été nommée comme Teacher Educator Supervisor au Preschool Trust Fund. Koushmalee Tour agit en tant qu’Acting Coordinator des trois zones éducatives depuis le 1er juin 2016.

Elle était en charge de huit assistants Coordinators, deux Clerks and deux Office Attendants. Elle souligne que les autres personnes qui ont été promues « n’ont pas les qualifications requises » et que l’une d’elles a même fait l’objet d’une enquête de l’ICAC. Elle soutient qu’elle n’a « même pas été conviée pour un entretien » en dépit de ses qualifications. « I am aggrieved by the promotional exercice as I am the best qualified candidate for such a promotion taking into account my qualifications, experience and merits. I aver that I have a legitimate right to be promoted to the post of Coordinator although I am conscious that mere actingship does not confer a right to an automatic promotion », dit-elle dans son affidavit.