• « An unwarranted increase in wages will push unit labour cost higher, put tension on productivity and competitiveness », souligne Yandraduth Googoolye
  • Le montant de liquidités en circulation en décembre estimé à Rs 43 milliards
  • Dépréciation de 7,7% de la roupie par rapport au dollar depuis janvier

Le gouverneur de la Banque de Maurice, Yandraduth Googoolye, qui a rencontré la presse hier à l’issue de la réunion du Monerety Policy Committee, a attiré l’attention sur les risques d’une augmentation salariale injustifiée. « An unwarranted increase in wages will push unit labour cost higher and put tension on productivity and competitiveness », a-t-il fait remarquer. La Banque centrale prévoit une croissance de 3,7% cette année et de 4% en 2020, alors que le taux d’inflation pour cette année est estimé autour de 0,5% pour passer à 1,5% l’année prochaine.

Yandraduth Googoolye a observé que l’économie mauricienne a jusqu’à présent résisté à la conjoncture économique mondiale. Les filières, qui ont le plus contribué à la croissance économique, sont les TIC, le secteur financier, les activités scientifiques et techniques et le commerce de détail. La construction fait preuve de robutesse, enregistrant une croissance de 8,6% au deuxième trimestre dernier. La production industrielle a augmenté de 2% au deuxième trimestre dernier, ce qui a contribué à stimuler la croissance économique.
Par contre, les secteurs du tourisme et du textile sont sous pression. Les recettes touristiques ont diminué d’environ un milliard par rapport à la même période en 2018 à la fin du deuxième trimestre. Trois entreprises textiles ont déjà cessé leurs activités et la production textile sera réduite de même que le sucre.

D’autre part, l’indice des taux de salaire a augmenté de 4,1% au deuxième trimestre. « La pression salariale s’accentuera en l’absence de gain de productivité et activera les pressions inflationnistes », estime Yandraduth Googoolye. Il ajoute : « Une augmentation injustifiée des salaires fera augmenter le coût unitaire de la main-d’œuvre, ainsi qu’une tension sur la productivité et la compétitivité. » Par ailleurs, le déficit commercial est en hausse. « Higher salaries will put pressure on the current account balance and finances », a-t-il dit.

Sur le front extérieur, le déficit budgétaire s’est amélioré pour atteindre 3,9% du PIB au deuxième trimestre de cette année, contre 6,2% au deuxième trimestre de 2018. « Cela reflète une meilleure performance en matière de la gestion budgétaire. Toutefois, le déficit commercial reste préoccupant face à la faiblesse des performances des exportations », a-t-il poursuivi.

Maurice a enregistré un autre excédent dans la balance des paiements au deuxième trimestre dernier. De plus, les réserves du pays en devises étrangères ont atteint le montant de USD 7,3 milliards à la fin du mois d’octobre. Ce qui représente 12 mois d’importations de biens et de services. Pour Yandraduth Googoolye, l’évolution de la roupie au cours de la dernière année a reflété à la fois l’évolution des taux de change entre l’euro et le dollar et les conditions économiques. En terme réel, la roupie s’est dépréciée de 7,7% depuis le début de l’année. « L’inquiétude concernant la surévaluation de la roupie au début de l’année, relevée par le FMI, a été réglée », a-t-il dit.

Le gouverneur de la Banque centrale, d’autre part, a souligné que, selon les prévisions de la Banque centrale, le montant de liquidité, qui sera en circulation pendant le mois de décembre, est estimé à Rs 43 milliards. Cela est dû aux bonis de fin d’année, de la hausse de la pension de vieillesse et des autres allocations sociales, entre autres. Il constate que les banques ont pris des précautions en conséquence et considèrent que la situation, en ce qui concerne l’excès de liquidité, reviendra à la normale vers février.

D’autre part, le montant total des crédits bancaires au secteur privé a enregistré une hausse de 7,8% en septembre. Interrogé quant au taux d’inflation enregistré dans le pays, le gouverneur a fait comprendre que la banque centrale utilise les chiffres de Statistics Mauritius, le seul organisme officiel en matière de collection et publication des statistiques. Yandraduth Googoolye était accompagné hier du gouverneur adjoint Vikram Punchoo. Le premier gouverneur adjoint n’a pas encore été nommé.