Unai Emery n’est resté sans club que trois jours, ayant été nommé hier à la tête d’Arsenal avec la lourde tâche de régénérer le colosse londonien aux pieds d’argile, dans l’ombre du mythique Arsène Wenger.

Pas renouvelé à Paris SG car il avait échoué pour la deuxième saison de suite en huitièmes de finale de la Ligue des Champions, le manager espagnol ne disputera pas la prochaine compétition reine. Retrouver la Champions League sera d’ailleurs son objectif principal, alors que les Gunners seront absents de la prochaine édition pour la deuxième fois consécutive.

Cette seconde saison médiocre, terminée à la sixième place de la Premier League, a eu raison du destin londonien de Wenger qui a quitté le club après 22 ans de service. “C’est un grand défi” a réagi Emery lors de sa première conférence de presse à Emirates Stadium. “Mais j’ai grandi avec des défis toutes ma carrière. Pour moi, un défi est un rêve. (…) J’ai déjà travaillé sur des grands projets. Je suis enthousiaste d’être ici et de succéder à Wenger”.

A 46 ans, Emery a déjà un palmarès bien garni, avec notamment sept titres domestiques en deux saisons à Paris et trois Europa League consécutives avec FC Séville. Mais le natif de Fontarrabie restera aussi associé à la fameuse “remontada” subie contre Barcelone (6- 1) en Champions League en 2017.