L’intervention de Jack Bizlall, porte-parole de l’Entente pour la Démocratie (EPD), a été déterminante ce vendredi à la réunion convoquée par les responsables de la MBC avec ceux des différents partis dans le cadre de la finalisation des émissions politiques à la radiotélévision en vue des élections générales du 10 décembre.
Le principal porte-parole de l’EPD a d’abord obtenu le renvoi de la signature du contrat à ce samedi matin. En effet, non-satisfait avec les modalités d’un éventuel arbitrage mis en place en cas de litige avec la MBC, il a réclamé que la signature du contrat, qui était prévue dans l’après-midi d’hier, soit reportée, le temps que les avocats des partis éclaircissent les zones d’ombre dans ces procédures. « L’accord prévoit que l’arbitrage soit effectué sous l’égide l’Independent Broadcasting Authority (IBA) selon le code de procédures civiles, et ce avec l’assentiment de toutes les parties concernées ! », confie Jack Bizlall au Mauricien. « Or on ne connaît ni le nom de l’arbitre qui pourrait être désigné, ni la durée de cet arbitrage et encore moins les procédures au cas où les conclusions de cet arbitrage seraient rejetées, soit par la partie concernée ou par la MBC… On ne sait pas non plus si ces conclusions seront contraignantes (“binding”) », poursuit-il.
Le porte-parole de l’EPD a par conséquent réclamé et obtenu que les avocats aient le temps de se concerter et d’éclaircir ces zones d’ombre. Autre point litigieux : la façon de décider du temps d’antenne. Deux critères ont en effet été arrêtés pour le temps d’antenne à un parti politique, selon notre interlocuteur, à savoir le nombre de candidats à ces élections et le nombre de députés sortants. « Déjà ces deux critères favorisent nettement l’alliance PTr-MMM et, après, mais de loin, l’Alliance Lepep. Quant aux autres partis politiques,, ils ne se retrouvent nullement dans cette équation », déplore-t-il. Mais pour venir corser tout, seules ses deux grandes alliances en lice devaient bénéficier du temps d’antenne le 9 décembre prochain, soit le tout dernier jour de la campagne électorale, avec un temps d’antenne de 18 min pour l’alliance PTr-MMM. « Nous avons fait la démonstration que c’était injuste et que ce serait équitable que les petits partis puissent, eux aussi, pouvoir clôturer leur campagne radiotélévisée ce 9 décembre ! » poursuit-il. « C’est ainsi que l’EPD a eu 3 minutes d’émissions politiques », se félicite-t-il.