Déçue de n’avoir pas été reçue hier par les hauts dirigeants d’Air Mauritius, alors qu’une rencontre avait été convenue pour discuter de la « discrimination » dont se disent victimes les employés d’Airmate Ltd – une filiale de la compagnie aérienne –, la Conféderation des Travailleurs du Secteur Privé (CTSP), par la voix de son président Reeaz Chuttoo, a menacé « d’occuper » les locaux d’Air Mauritius au Pailles en Queue Court, Port-Louis, jusqu’à ce que la compagnie d’aviation se décide sur le sort des employés d’Airmate Ltd.
« Nou pa kapav aksepte ki “top management” na pa resevwar nou kouma zot ti dir nou, me zot demann zot bann sibaltern dir nou atann ankor trwa semenn parski zot pe fer enn “HR audit” alor ki antretan zot pe kontign met travayer Airmate Ltd deor. Nou finn fer zot kone ki zot bizin repran sa bann let ki zot finn tire e ki zot bizin zel lisansiman. Nou donn zot enn semenn pou ki zot donn nou enn repons. Mardi prosin, nou pou rant dan Air Mauritius par fors si fale », a lancé la secrétaire de la CTSP, Jane Ragoo, après la rencontre avec des représentants d’Air Mauritius.
« Le “top management” a fui ses responsabilités. Le nouveau président du board, Arjoon Sudhoo, a envoyé ses subalternes nous rencontrer alors qu’il était dans l’immeuble. Le CEO André Viljoen a prétexté avoir raté son avion en Afrique du Sud pour ne pas être là. La verite se ki li pa kapav vinn divan nou kan li ti krwar ki li pe ale e ki li tinn avwe ki Airmate ti kree zis pou bess saler. Kouma li kapav afront nou zordi ? », s’est indigné pour sa part le président de la CTSP, Reeaz Chuttoo. « Nous avons demandé aux subalternes de faire savoir au “top management” que nous exigeons qu’il reprenne les lettres de licenciement qu’il a déjà envoyées et qu’il gèle cet exercice de licenciements », a-t-il déclaré.
« Mardi prosin nou pou vini e nou pou rant dan batima. Gete kouma zot pou anpes nou rantre. Amen zot SSU sil le fo. Nou finn ase trouv travayer Airmate plore, viv dan langwass », a poursuivi Reeaz Chuttoo. Selon lui, ces licenciements sont d’autant plus « inacceptables » que les grosses pointures d’Air Mauritius ne sont nullement touchées par les mesures d’austérité. « Ena 263 managers dan Air Mauritius ki grasman peye. Enn rekor dan Moris sa, ena enn manager pou sak 12 anplwaye dan Air Mauritius. Ena bann manager zot saler pa finn besse ditou ek fek gagn “fringe benefits” an desam alor ki ti-travayer Airmate pe kontign soufer », s’est-il indigné.
Le président de la CTSP a annoncé que 70 employés d’Airmate Ltd sont toujours menacés de licenciement « sous prétexte » qu’ils sont sous-qualifiés ou en fin de contrat. « De faux prétextes. Ils ne peuvent avoir travaillé pour la compagnie sans faire l’objet de rapport défavorable pendant plus de deux ans et sont tout à coup inaptes à travailler. Au contraire, selon l’Employment Rights Act, ils doivent être sur le “permanent establishment” après deux ans de service », précise-t-il. Dans ce contexte, le syndicaliste a lancé un appel au syndicaliste Ashok Subron, qui représente certains de ces employés. « Joignons nos forces, c’est l’intérêt des ces employés qui doit primer », a-t-il avancé.
Rappelons qu’Airmate Ltd était, à sa création en 2008, un centre d’appels appartenant à 100 % à la compagnie d’aviation nationale. Par la suite, elle a commencé à diversifier ses activités et à recruter du personnel pour d’autres tâches. « Le problème, c’est que les quelque 700 employés d’Airmate Ltd sont payés trois fois moins que les employés de la compagnie d’aviation nationale alors qu’ils font le même travail et dans les mêmes conditions. C’est une discrimination inacceptable », s’offusque la CTSP. La centrale syndicale et son affiliée, la Private Enterprises Employees Union (PEEU) – qui représente les intérêts des employés d’Airmate Ltd –, estiment que cette « flagrante discrimination » envers les employés d’Airmate Ltd est une « violation » de la Section 20 de l’Employment Rights Act (ERA). Celle-ci stipule, entre autres, que « work of same value should be equally remunerated ».