La Major Crime Investigation Team (MCIT), menée par l’assistant surintendant de police Dieudonné Gérard, tente d’élucider les circonstances dans lesquelles le corps d’une Sud-Africaine,  Lee-Ann Palmarozza, avait été découvert sans vie dans une piscine à Anahita The Resort, en début de semaine. Toutefois, en fin de semaine, le départ précipité du compagnon de la victime, un homme d’affaires, Peter Wayne Roberts, pour l’Afrique du Sud, devait relancer cette enquête. Dès vendredi, le prévenu avait été placé en état d’arrestation au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport avant d’être incarcéré à la section de haute sécurité à l’hôpital Brown Sequard. Cette décision a été prise sur avis de médecins dès vendredi soir après examen médical.
Les soupçons des limiers de la MCIT ont été éveillés avec la décision de l’homme d’affaires sud-africain de regagner son pays natal plus tôt que prévu. En principe, il avait fait comprendre aux enquêteurs qu’il ne comptait rentrer chez lui que vers le 11 courant. Vu les circonstances suspectes de cette découverte macabre dans une piscine sur le coup de minuit dimanche, la MCIT avait initié des procédures auprès du Passport and Immigration Office (PIO) en vue de suivre le mouvement du dénommé Peter Wayne Roberts notamment à l’aéroport.
Quand ce ressortissant d’Afrique du Sud s’est présenté au comptoir du Passport and Immigration Office à l’aéroport, vendredi, il fut interpellé avant d’être confié à la MCIT pour les besoins d’enquête. Toutefois, devant le comportement bizarre de ce suspect, celui-ci fut présenté à un médecin, qui a ordonné sa détention à l’hôpital Brown Sequard pour sa propre sécurité. Son interrogatoire n’interviendra que quand le médecin traitant lui accordera la décharge, qui n’est pas prévue avant demain.
Les faits autour de la noyade de Lee-Ann  Palmarozza, mère d’un enfant en bas âge, sont des plus troublants et s’apparentent davantage à une mise-en-scène. Les conclusions préliminaires de l’autopsie  indiquent la présence d’hématomes à la tête et à la gorge de la victime avec des saignements au ventre, probablement suite à des coups. La cause du décès est attribuée officiellement à une asphyxie selon le rapport du Chief Poluice Medical Officer, le Dr Sudesh Kumar Gungadin.
Ces détails attendent confirmation sous la forme d’analyses par le Forensic Science Laboratory des prélèvements effectués sur les lieux de la noyade présumée dans la nuit de dimanche à lundi derniers. Ce rapport déterminant n’était pas encore disponible à hier en raison de la période des fêtes de fin d’année. C’est ce qui explique pourquoi l’homme d’affaires était encore sous étroite surveillance même s’il n’avait pas été appréhendé après la séance initiale de Questioning.
Un autre élément troublant dans cette affaire est que des témoins, notamment des préposés d’Anahita The Resort, ont affirmé que dans la soirée de dimanche ce couple sudafricain s’était longuement disputé pour des raisons qui leur sont étrangères. Puis vers minuit, le dénommé Peter Wayne Roberts avait accouru pour solliciter l’aide des agents de sécurité de service en soulignant qu’il n’était pas en mesure de retrouver les traces de sa compagne dans la villa.
Peter Wayne Roberts devait ajouter que la disparition de la victime aurait été notée à la sortie de son bain vers minuit. Néanmoins, à peine les recherches entamées avec l’aide des agents de sécurité, le corps de la jeune femme fut découvert flottant dans la piscine. Les tentatives de réanimation par des urgentistes du SAMU furent en vain.
En cette fin de semaine, la presse sud-africaine s’est saisie de cette affaire en faisant allusion à une déclaration du porte-parole du département des Relations internationales au sujet des démarches pour le rapatriement de la dépouille de la victime. Du côté des proches de cette dernière, l’on privilégie la thèse du meurtre sur la base des premières indications communiquées par les enquêteurs mauriciens.
La MCIT a déjà consigné la version des faits des préposés d’Anahita The Resort sur les événements précédant cette découverte dramatique en vue de toute confrontation avec Peter Wayne Roberts, qui n’est pas considéré comme étant un suspect avec aucune accusation retenue contre lui à ce stade.
L’enquête policière se poursuit…