Alors que l’appel de Rye Joorawon devait être intialement tenu le 27 juin, ce n’est qu’hier que le comité d’appel, présidé par Me Robin Ramburn, s’est réuni pour statuer sur la requête du Mauricien contestant la sévérité de la sentence. Pour rappel, il avait été trouvé coupable sous la règle 160 A (a) de ne pas avoir pris toutes les mesures nécessaires pour que New Star obtienne la meilleure place à l’arrivée (2e course-11e journée). Il était ainsi reproché à l’actuel leader au classement des jockeys d’avoir trop attendu pour lancer sa monture au poteau des 450m, alors que ses principaux adversaires avaient déjà commencé leur effort.
Tout en reconnaissant qu’il avait peut-être commis une erreur de jugement, Rye Joorawon a expliqué que la sanction était selon lui trop sévère car son cheval n’avait que très peu de chance de remporter cette course. Dans son argumentaire, le jockey mauricien, qui assurait lui-même sa défense, s’est appuyé sur la sanction infligée à Nishal Teeha (Karraar-4e journée) sous la même règle, estimant que son compatriote avait, lui, eu une meilleure occasion de remporter sa course ce jour-là.
Après avoir écouté les différentes parties concernées, le comité d’appel est arrivé à la conclusion que la sanction était nécessaire mais un peu « harsh », d’où la décision de ramener la supension à quatre semaines au lieu des cinq semaines et Rs 50 000 d’amende. La mise à pied de Rye Joorawon prend effet immédiatement et il ne rechaussera les étriers en compétition que le 6 août, soit à l’occasion de la 20e journée, marquée par le Golden Trophy.