La CID de Vacoas est sur le point d’élucider trois cas d’agression majeurs, dont un avec la victime retrouvée carbonisée sous des brûlis de cannes à Magenta le 25 juillet dernier. Dans le cadre du démantèlement de gang de bandits opérant dans la région de Henrietta et Mare-aux-Vacoas, la police a procédé à quatre arrestations, dont celle d’une femme. Après leurs interrogatoires dans la nuit d’hier à ce matin par des limiers de la CID de Vacoas, Tanuja Devi Luchmun, âgée de 36 ans, habitant Forest Lane La Marie, Ritish Oogadoo Barah, 22 ans, aide-chauffeur, Satdanand Punchaye, 30 ans, laboureur de son état et tous deux habitants St-Pierre, et Selven Valliamah, 20 ans, de Cité Providence, Quartier-Militaire, participent ce matin à des reconstitutions des faits sur les lieux des agressions sous forte escorte policière.
Le fil conducteur qui a ouvert la piste du réseau de Magenta n’est autre que le véhicule immatriculé FL 75, utilisé par les bandits pour commettre leurs différents forfaits. En début de semaine, ce véhicule a été impliqué dans deux agressions. Dans le premier cas, un receveur de bus, Asraf Goolamhossen, âgé de 43 ans, habitant Glen Park, avait été victime d’un kidnapping vers 19 h samedi.
Dans sa version des faits à la police de Vacoas, ce receveur de bus affirme qu’il se tenait devant la Mannick Shop le long de la route Royale à Henrietta. À un certain moment, il fut approché par quatre individus suspects, qui voyageaient à bord du véhicule utilitaire de couleur blanche portant la plaque minéralogique FL 75.
Ces quatre occupants du véhicule, qui y étaient descendus, devaient se mettre à l’agresser physiquement avant de l’embarquer de force dans le véhicule. Les assaillants ont ensuite emprunté un sentier dans un champ de cannes en direction de Bord Cascade. Une fois dans cette région peu fréquentée, les bandits devaient enlever les vêtements de leur victime, qui fut rouée de coups.
Jusque-là, Asraf Goolamhossen ne comprenait pas les raisons pour lesquelles il avait été enlevé de force. C’est à ce moment précis que la victime devait prendre connaissance des intentions de cette bande. En effet, un des ravisseurs devait saisir le téléphone portable d’Asraf Goolamhossen en vue de prendre contact avec les proches de ce dernier pour une demande de rançon
« Amen Rs 10 000 pou nou lerla nou pou largue-li. Sinon nou pou mett difé are li ek nou fini li », aurait fait comprendre un des suspects au frère de la victime tout en prenant le soin de préciser qu’Asraf Goolamhossen passerait un sale quart d’heure si la police était informée de cette affaire.
Accident
Devant les menaces, les proches du receveur devaient s’engager dans une course contre la montre pour réunir la somme requise en vue de procéder à cet échange. Suivant les directives de cette bande organisée, le frère de la victime, Aslam Goolamhossen, devait se rendre sur les lieux indiqués soit dans la région de Bord Cascade pour déposer les Rs 10 000.
L’échange s’est déroulé vers 3 heures du matin dimanche. Asraf Goolamhossen devait rentrer chez lui sans aucun vêtement. Il a dû également recevoir des soins au Princess Margaret Orthopaedic Centre. Dans un premier temps, encore sous l’effet du choc, il devait hésiter avant de rapporter ce cas de kidnapping à la police et ce ne fut qu’en cours d’après-midi hier qu’il eut le courage de se rendre au poste de police de Vacoas pour faire état de sa mésaventure.
Mais Asraf Goolamhossen n’était pas au bout de ses surprises. Il s’est retrouvé littéralement nez à nez avec le véhicule utilisé par ses agresseurs lors de l’enlèvement de samedi. Le 4 x 4 immatriculé FL 75, endommagé à l’avant, avait été placé sous contrôle de la police dans la nuit en début de semaine suite à un autre cas d’agression dans la région de Mare-Longue.
Le receveur de bus n’a pu s’empêcher de s’exclamer « samen sa transport ki finn kokin-mwa pandan week-end ». Vu que les quatre suspects impliqués dans ce rapt avaient déjà été appréhendés par la CID de Vacoas dans un cas de vol avec agression au préjudice de la compagnie Sino-Hydro, Asraf Goolamhossen n’a pas eu de difficultés à identifier formellement ses agresseurs.
Dans la nuit de lundi à mardi, Tanuja Devi Luchmun, Selven Valliamah, Ritish Oogadoo Barah et le récidiviste Satdanand Punchaye avaient agressé un ressortissant chinois sur le chantier de construction de Mare-Longue, pour voler  du diesel sur le chantier. Le ressortissant chinois fut surpris et agressé par les bandits, qui ont également fait main basse sur une somme de Rs 2 000 et des devises étrangères.
Mais en voulant prendre la fuite à bord du 4 x 4, les agresseurs devaient être victimes d’un accident. Le véhicule a dérapé et s’est donné contre un des gros arbres de la région. Ils n’eurent d’autre choix que d’abandonner le véhicule pour prendre la fuite. La police, alertée de cette agression, a remorqué le véhicule au poste de police.
Vu le Modus Operandi de cette bande, les enquêteurs de la CID de Vacoas soupçonnent que René Grandcourt, âgé de 76 ans, habitant Rose-Hill, porté disparu depuis le 25 juin, aurait été victime de cette même bande d’assaillants. Les restes carbonisés de ce septuagénaire, qui était allé rendre visite à un de ses proches, avaient été découverts le 25 juillet dernier dans des brûlis de cannes dans un champ.
La CID de Vacoas affirme détenir des indices suffisants pour confronter ces suspects avec cette agression mortelle, qui fait partie des Unsolved Criminal Cases…