Johnson Benatouil et Nicolas Goldsten tout heureux de leur participation à ce concours

Les fondateurs de Talenteum à la recherche d’investisseurs pour se développer à l’international

Talenteum, start-up fondée à Maurice, membre de la communauté French Tech ainsi que de la Chambre de commerce et d’industrie France île Maurice (CCIFM), a été sélectionnée pour ses solutions les plus innovantes en matière de gestion des compétences, de développement économique et de flux migratoire pour le Global Forum on Migration and Development (GFMD). Elle représentera Maurice du 20 au 24 janvier 2020 au en Amérique du Sud.
Ce challenge est dirigé par l’IOE (l’Organisation internationale des employeurs) et Seedstars.

Talenteum s’est donné pour mission de rapprocher les parties prenantes de l’écosystème international du travail : les entreprises de l’hémisphère Nord qui subissent la pénurie des ressources humaines à valeur ajoutée, les meilleures compétences africaines, les formations qui améliorent l’employabilité, les État qui établissent les politiques migratoires… La société a été sélectionnée parmi les meilleures start-up d’Afrique et d’Amérique latine qui créent les solutions les plus prometteuses pour accompagner notamment les politiques migratoires. Talenteum a été fondée par Nicolas Goldstein et John Benatouil, deux entrepreneurs français basés à Maurice depuis plusieurs années. 
Créé en 2007 à Genève en Suisse, le GFMD est une organisation à l’initiative de Kofi Annan lorsqu’il était secrétaire général de l’Onu. Ce forum contribue à façonner le débat mondial sur la migration et le développement. Il offre un espace ouvert où les gouvernements peuvent discuter des aspects des opportunités et des défis liés à la migration et au développement des populations.
Ce forum permet aux gouvernements en partenariat avec la société civile, le secteur privé, le système des Nations unies et d’autres parties prenantes concernées d’analyser et de discuter des questions sensibles, de créer un consensus, de proposer des solutions innovantes et de partager les politiques et les pratiques. Le forum se tient en Équateur à Quito du 20 au 24 janvier 2020.
Nicolas Goldstein, un des deux fondateurs de Talenteum, explique comment s’est faite la sélection à ce concours : « Pour la première fois, les start-up du monde entier ont été invitées à participer. Les représentants de Seedstars World, le plus grand concours de start-up des marchés émergents, de passage à Maurice en 2019, nous ont conseillé de postuler au concours du Migration Challenge. Cinq mois après, nous étions sélectionnés ! » Il se dit fier d’avoir été sélectionné parmi les dix finalistes à une compétition mondiale. « De plus, nous sommes ravis d’apporter une solution au boom démographique que l’Afrique s’apprête à connaître les prochaines années. »
Interrogé par Le Mauricien, il dira : « Nous avons été sélectionnés parmi 73 start-up qui ont présenté leurs solutions. Dix start-up issues d’Afrique et d’Amérique du Sud ont été sélectionnées. Elles sont dans des secteurs différents : la formation en ligne, le Mobile Payment, les médias d’information en ligne et les plateformes web. » Les dix finalistes sont : Inmi, Digemy, Valiu, M-Shule, Visadb.io, Maxicash, Mynkana, BAG Innovation, Mumuki et Talenteum.
Les deux fondateurs de Talenteum, basée à Quatre-Bornes, Nicolas Goldstein et John Benatouil, feront le déplacement du 20 au 24 janvier vers Quito, en Équateur pour présenter leurs services lors de cette compétition. « Seedstars et l’IOE (The International Organisation of Employers), les deux organismes qui organisent le challenge des start-up et qui sponsorisent notre voyage, vont nous offrir un “bootcamp” le premier jour pour challenger notre “pitch” avec des mentors et investisseurs. Le deuxième jour, nous serons regroupés sur un stand commun pour que chaque start-up présente sa solution aux visiteurs. Le troisième jour, nous présenterons notre solution face aux gouvernements et entreprises privées invités, venus du monde entier et un jury devra élire le meilleur projet », affirme Nicolas Goldstein.
Les deux entrepreneurs profiteront bien évidemment de ce voyage en Amérique du Sud pour nouer des contacts aussi bien avec les autres start-up présentes mais aussi « rechercher des investisseurs » pour leur entreprise qui a vocation « de se développer rapidement à l’international ».