À la suite de la manifestation qui a eu lieu la semaine dernière à Surinam et à Souillac, la Plate-forme Pou Sov Nu Falaise (PPSNF) a tenu un rassemblement à Gris-Gris hier afin de démontrer que ceux qui militent pour la cause de la Roche-qui-Pleure ne comptent pas en rester là avec cette affaire. Leurs deux revendications : que le chemin qui mène à La Roche-qui-Pleure ne soit pas privé et que les promoteurs ne détruisent pas l’environnement marin.
« Nous n’allons pas céder quand il s’agit de nos droits. Je ne suis pas d’accord que l’on exproprie les gens. Un développement doit se faire en respectant nos droits constitutionnels », s’est insurgé le président du Forum des Citoyen Libres (FCL) hier lors d’un rassemblement à Gris-Gris devant une cinquantaine de personnes. Selon Georges Ah-Yan, en obstruant la route à l’entrée de Gris-Gris qui mène à la Roche-qui-Pleure, les promoteurs empêchent les personnes d’avoir accès à un site qui fait partie du domaine public. Il réclame notamment que les promoteurs ne détruisent pas l’environnement marin et que le chemin qui mène à La Roche-qui-Pleure ne soit pas privé.
« Nous ne disons pas que nous sommes contre le développement mais nous n’aimons pas quand on empiète sur le territoire public. Nous n’allons pas baisser les bras. Nous allons entreprendre des démarches afin d’avoir une compulsory acquisition », a déclaré Sylvie de Leusse, un membre actif de la Plate-forme Pou Sov Nu Falaise (PPSNF). Cette architecte a profité de l’occasion pour lancer un appel aux habitants de Souillac afin qu’ils puissent prendre conscience que Gris-Gris et la Roche-qui-Pleure sont des grands sites mauriciens qui vont disparaître s’ils ne se battent pas pour cela.
Yousouf Ackbarally, écrivain, s’est quant à lui appesanti quant à l’avenir de la Roche-qui-Pleure et de Gris-Gris. Il a notamment mis l’accent sur le fait que « Gris-Gris appartient à tout le monde et à personne en particulier ». Selon lui, ce projet bloquera l’accès à ce site. « La Roche-qui-Pleure rentrera dans le livre de l’oubli… », craint-il.
La PPSNF continuera à militer pour cette cause. Des meetings auront lieu tous les mercredis afin de sensibiliser les gens à cet effet. La Platform veulent que des mesures concrètes leur soient proposées sur papier.