Le Road Eye Project, un projet pilote visant à filmer ceux passant les Driving licence tests et leurs examinateurs par des caméras vidéo embarquées, a démarré officiellement hier, jeudi 16, a annoncé le Commissaire Rashid Beekun, de la Traffic Branch Unit (TBU), secondé des chefs inspecteurs Rama et Veerasamy. Ce projet vise à ce qu’il y ait plus de transparence au cours des tests de conduite, afin que les résultats des candidats soient plus difficilement contestables.
Suite à leurs examens pratiques sur la route, les candidats disposeront d’un délai de 28 jours pour effectuer une requête officielle afin d’analyser l’enregistrement s’ils pensent être victimes d’un échec injustifié. Avec presque 200 examens de conduite quotidiens, comprenant voitures privées, autobus, camions et motos, entre autres, les responsables de la Traffic Branch Unit se retrouvent souvent en présence de plaintes de candidats insatisfaits de leurs résultats à l’épreuve pratique de conduite. En collaboration avec les moniteurs d’auto-école et le Data Protection Office, la TBU a initié le Road Eye Project visant à installer des caméras vidéo, également dotées d’un micro et d’un GPS, à l’avant des véhicules. « Il nous a été, jusqu’alors, impossible de remettre en question le travail des examinateurs lorsque nous subissions des plaintes. Afin d’évoluer dans ce domaine, nous avons introduit un système indépendant afin qu’une personne qualifiée puisse juger si le travail du moniteur a été fait correctement », explique l’ASP Rashid Beekun, de la TBU. Le but de ce projet pilote est de dissuader toute éventuelle forme de corruption et de veiller à ce que les examinateurs ne transgressent aucune règle lors des épreuves.
Le lancement du Road Eye Project a eu lieu hier par l’ACP Rashid Beekun et les CIs Rama et Veerasamy aux Casernes centrales. Le projet démarre avec six caméras, qui seront dans un premier temps allouées au hasard à des candidats, suite à un tirage au sort. Ces enregistrements vidéo donneront la possibilité aux personnes concernées de vivre l’examen en temps réel : suivre la conversation entre le candidat et l’examinateur, vérifier si l’itinéraire a été correctement respecté — grâce au système GPS — et prendre en considération les manquements de l’examinateur. « Le candidat disposera d’un délai de 28 jours pour déposer une demande officielle, qui coûtera Rs 100 », ajoute l’ACP Beekun. Ce sera en présence d’un Senior Examiner que le candidat, ainsi que son examinateur, visionneront l’enregistrement vidéo. Si jamais le Senior Examiner relève des erreurs de la part de l’examinateur, les mesures nécessaires seront prises afin que le candidat obtienne les résultats appropriés. Toutefois, si aucune demande n’a été faite après ce délai, la bande-vidéo sera effacée des archives, hormis en cas de fraude ou de corruption.
Le Road Eye Project sera d’une durée indéterminée. C’est suite au response de la population et des moniteurs d’auto-école que le nombre de caméras sera augmenté ; l’ASP Beekun visant, dans un avenir proche, à ce que toutes les épreuves de conduite soient enregistrées.