Si, comme l’affirme le proverbe ancien, tous les chemins mènent à Rome, le visiteur qui passe par la capitale italienne ne peut pas rater le Vatican. Installée au coeur de Rome sur une superficie de 0,44 kilomètres carrés, la Cité du Vatican est le plus petit état de la planète. Mais il est aussi, sans aucun doute, l’un des plus riches en termes de propriétaire de biens culturels, historiques et artistiques au mètre carré.
La Cité du Vatican est constituée de l’héritage des terres données à l’église catholique par différents souverains italiens et européens au cours des siècles. Centre du christianisme depuis le IVe siècle, le Vatican est devenu, après beaucoup de péripéties historiques, le siège permanent de la papauté. Il est devenu un État le 11 février 1929 aux termes des accords de Lattran, signés entre l’église, représentée par le cardinal Gaspari, et l’Italie, qui était alors dirigée par Benito Mussolini. Le Vatican est aujourd’hui la plus sacrée des villes du monde catholique, où se rendent tous les ans de centaines de milliers de visiteurs venant du monde entier. Ce qui donne le sentiment en écoutant ces visiteurs que l’on se trouve linguistiquement dans la fameuse tour de Babel.
Outre la basilique St Pierre, inscrite au patrimoine mondial de l’Humanité par l’UNESCO, la cité papale comprend aussi les fameux musées du Vatican. Ils sont onze répartis en cinq galeries, dans 1 400 salles, et proposent la plus importante collection d’oeuvres d’art du monde. On peut y voir des statues et bustes romains, des répliques de statues de l’Antiquité, une collection de tableaux du Moyen-Âge au XXe siècle, des objets de culte appartenant à diverses religions, une collection d’art religieux moderne, une galerie de cartes géographiques, une autre de tapisseries et, bien sûr, les trésors de la chapelle Sixtine, dont les plafonds furent peints par Michel-Ange et Rafaël, entre autres.
Il faudrait plusieurs années d’une vie pour prendre le temps de découvrir et d’apprécier à leur juste mesure les trésors des musées du Vatican. Mais la renommée du musée, qui en fait un des lieux touristiques les plus fréquentés au monde, ne le permet pas. Il existe un mouvement incessant de foule dans ses salles. Elles sont remplies de visiteurs, rassemblés par nationalité, et qui font la visite au pas de course en suivant les explications de leur guide, transmises par téléphone portable et écouteurs. L’autre inconvénient est la manie d’une bonne partie des visiteurs de se faire photographier par caméra, téléphone portable et tablette devant les chefs d’oeuvre du musée. Mais une fois ces inconvénients acceptés, le visiteur peut, en prenant le temps dont il dispose, choisir admirer quelques uns des chefs d’oeuvres artistiques de l’humanité, qui existent par centaines aux musées du Vatican. Et dont voici quelques exemples.