Régulièrement diffusé sur les ondes des radios depuis quelques semaines, l’album Evolution Séga semble déjà connaître un certain succès auprès du public. Des rythmes entraînants, des paroles festives, une musique colorée et dynamique… Pas étonnant que l’opus soit bien apprécié chez nous. Le jeune artiste, Romeo Jean Stephano, aussi appelé Steph, a su trouver le style qui plairait aux Mauriciens. Lui, qui souhaite toucher un large public et se faire connaître dans le milieu musical, a toutes les chances de réussir.
“La mizik mo passion. Samem mo vizion. Donn mwa mo sans.” Le message est clair. Dans le titre Séga Evolution,Romeo Jean Stephano, intimement appelé Steph, exprime haut et fort son souhait de réussir dans la musique et de vivre pleinement sa passion. C’est notamment de cette idée qu’est né son petit bijou de 15 titres, Evolution Séga. Distillé dans une sonorité purement locale, l’album se décline dans une couleur qui se popularise de plus en plus depuis quelques années. Un style, adopté par les très connus et appréciés Alain Ramanisum et Didier Clarel, et qui connaît un énorme succès chez les Mauriciens. D’ailleurs, confie Steph,“les gens que je rencontre me font la remarque. Ils trouvent que ma voix est proche de celle de Ramanisum”.
Sans vouloir s’approprier, voire même copier le style de l’interprète de Li Tourné, Steph espère seulement se frayer une route dans le milieu musical. À l’écoute d’Evolution Séga, on est convaincu qu’il y parviendra. Car Steph a énormément bossé pour y arriver.
Local.
Déjà petit, il manifestait un vif intérêt pour la musique et la chanson. Pendant que ses camarades jouaient au ballon, avec un petit groupe d’amis proches dans son entourage, il s’amusait souvent à reprendre les morceaux de ses chanteurs préférés. “Sur le plan local, c’est Tian Corentin ma source d’inspiration. J’ai toujours adoré sa musique et ses textes. La profondeur de ses paroles ne me laisse guère indifférent.” À l’école primaire et même au secondaire, soutient le jeune homme, c’étaient toujours les titres de Tian qui revenaient lors des concerts ou autres activités artistiques. Un registre qu’il affectionne particulièrement, mais qu’il finira bien par mettre de côté pour s’essayer à d’autres styles.
Expériences.
En effet, une fois plus grand, c’est dans les différents hôtels et restaurants de l’île que Stephano fait ses preuves, en se lançant dans la variété française et anglo-saxonne. De Phil Collins à Eric Clapton, en passant également par Eros Ramazzotti, rien ne lui échappe. Et pour apporter un peu plus de couleurs à son répertoire, Steph interprète également du zouk et de la dance entre autres.“Je me lançais des défis. Mon but était de me surpasser.” Fort de ces expériences, l’artiste se dit aujourd’hui à l’aise dans plusieurs registres musicaux. Mais son style de prédilection reste le séga. C’est pour faire montre de son talent de chanteur qu’il y a quelques années, il a entamé la préparation de son premier album. Ce qui n’a certes pas été de tout repos pour Stephano, qui explique“s’être fait berner par les producteurs durant de nombreux mois”. “Si je n’avais pas choisi de tout prendre en main, je serais toujours en train d’attendre leurs réponses. Ils m’ont fait des promesses à la légère”, explique le chanteur.
Valeur.
Après une petite participation sur la compil Rougaille Séga en 2007, l’artiste se lance dans la réalisation de son album, dont il est l’auteur, le compositeur, l’interprète, mais aussi le producteur. Ce n’est qu’au début de cette année qu’il a pu concrétiser son projet.“J’ai énormément travaillé sur les textes avant de me lancer. Je voulais que les paroles captivent les gens.” Si Stephano a choisi trois arrangeurs de musique – Rico Clair, Noel Jean et Michel Nany – c’est pour notamment “mettre en valeur les différentes couleurs musicales de l’opus”. Une variation sonore que nous pouvons aisément différencier et apprécier, que ce soit sur Ti Z’ile Perdi, Mama, Sega Evolution ou encore Severite. Avec du séga comme musique de base, les 15 titres de Evolution Séga embarquent dans un voyage à travers les styles musicaux. De l’ambiance assurée pour le plus grand plaisir du public.