photo illustration

La police a arrêté une habitante de Chemin-Grenier, âgée de 28 ans et accusée par une notaire d’avoir « falsifié des documents afin d’empocher Rs 3,6 M pour la vente d’un terrain à Flic-en-Flac ». Sauf que la propriété n’appartient pas à la suspecte. Dans sa plainte à la police de Pope Hennessy, la notaire de 42 ans avance que la jeune femme s’est pointée à son bureau jeudi dernier, souhaitant vendre à une compagnie d’investissements, à Ébène, un terrain de 563 mètres carrés situé à Petite-Marie, Flic-en-Flac.

La suspecte a avancé être « la seule héritière » de cette propriété, car ses parents sont décédés au Royaume-Uni. Elle a remis un affidavit à la plaignante pour attester ce fait et également des documents alléguant qu’elle est la propriétaire du terrain. La quadragénaire a pris contact avec un représentant de la compagnie, tout en préparant l’acte de vente. Elle avance avoir confirmé que le terrain existe vraiment et que c’est bien le couple décédé qui en était propriétaire.

Après la signature des deux parties sur l’acte de vente, elle a remis un chèque de Rs 3,6 M à l’habitante de Chemin- Grenier comme une partie du paiement.

La transaction s’est déroulée dans son bureau. En vérifiant une nouvelle fois les documents vendredi, la notaire s’est rendu compte que le nom des parents de la suspecte se trouvant sur son acte de naissance est différent de ceux inscrits sur l’affidavit qu’elle a produit. Soupçonnant un coup foireux, la plaignante a appelé la banque lui demandant d’annuler le paiement du chèque. Mais un responsable devait l’informer que la suspecte avait déjà pris l’argent. Elle a alors tenté de prendre contact avec la jeune femme, mais sans succès.

La notaire s’est alors rendue au Registrar pour vérifier l’authenticité des documents et devait noter des anomalies sur certains papiers. Elle soupçonne que la jeune femme lui a remis de faux documents et devait alerter la police hier. La suspecte a été arrêtée dans l’après-midi et a été placée en détention au poste de police de Pailles. Elle est attendue ce mardi au tribunal de Port-Louis, où elle sera inculpée sous une accusation provisoire de “forgery”. La suspecte n’a pas encore donné sa version des faits. L’enquête est menée par l’équipe du surintendant Sahye.