La Fondation pour l’interculturel et la Paix (FIP), créée en 2009 par Jean-Marie Le Clézio et Issa Asgarally, organise avec le MGI une Conférence internationale du 3-5 décembre 2012 autour du thème « Diversité culturelle et interculturel: Quelles assises pour la paix? » Issa Asgarally, entouré des membres de la FIP, du personnel académique du MGI et des sponsors, a présenté mercredi dernier le programme de la conférence et la liste des participants qui comprend des ethnologues, des anthropologues, des philosophes, des historiens, des linguistes, des critiques littéraires, des écrivains et des activistes pour la paix. 12 viendront des Etats-Unis, de France, de l’Inde et de La Réunion. Parmi les participants locaux, 6 sont de l’université de Maurice, 4 du MIE et 3 du MGI. Une exposition Des artistes pour la paix, qui réunit 10 peintres et sculpteurs, accompagnera la Conférence internationale. L’objectif de la conférence, qui sera ouverte par le président de la République le 3 décembre à 9h30, est de repenser la diversité culturelle dans une perspective interculturelle afin de consolider les assises, de plus en plus fragiles, de la paix entre les individus, entre les groupes sociaux et entre les nations.
Argumentaire :
De nombreuses cultures n’ont pas droit à l’existence alors que d’autres « tiennent le haut du pavé », comme l’écrit J.M.G. Le Clézio. Des langues meurent chaque année ; quelques-unes exercent une véritable hégémonie. Il importe donc de sauver la diversité des langues et des cultures par rapport au monoculturalisme qui les détruit par la reconnaissance institutionnelle d’une langue, d’une culture, d’une religion, etc.
Mais, à l’autre bout, l’on constate que la préservation à tout prix des cultures et des langues aboutit souvent à un compartimentage à la fois des cultures et des individus. D’où la nécessité de transcender ce multiculturalisme qui réduit l’individu à un collectif et la personne à une catégorie.