Les arguments de l’avoué Jaiykar Gujadhur et de l’avocat Lockraj Nuckchady ont finalement pesé dans la décision du juge Hajee Abdoula qui avait devant lui vendredi une demande d’injonction contre l’assemblée générale annuelle de la MFA, qui devait se tenir le mardi 17 décembre. Dans un jugement rendu vendredi vers 15h, le juge a donné gain de cause au groupe d’Anwar Elahee, soutenu par Anoop Madhow en émettant un ordre d’injonction contre la tenue de cette assemblée. Donc, il faut se rappeler qu’aucun agenda n’a été rendu officiel.
«After having cognizance of the proecipe and the affidavit both dated 6th December 2013 together with the documents submitted in support therof, it was ordered that an interim order in the nature of an injunction do issue retraining and prohibiting the Respondent No Ni (ndlr: La MFA)  from holding its general meeting to be held on the 17th December 2013 or on any other day», peut-on lire dans l’ordre qui a été rendu public. Décidément, l’étau se resserre autour de la direction de la Mauritius Football Association, dont la présidence de Samir Sobha n’a toujours pas été rendue officielle par la Fédération International de Football Associations (FIFA) et dont la reconnaissance n’est  également pas obtenue du ministère de la Jeunesse et des Sports. Cette fois, la cour suprême vient mettre son grain de sel dans cette affaire avec l’interdiction qui frappe l’organisation de l’assemblée générale annuelle.
Dans sa plainte, le duo Anwar Elahee -Anoop Madhow, soutenu par quinze autres équipes, avance que le comité en place au Sepp Blatter Football House a été élu après toute une série d’irrégularités et en effraction avec l’Article 21. 5 des statuts de la fédération. C’est-à-dire que sept membres de l’ex-comité directeur de la MFA ont agi comme délégué lors de l’assemblée du 11 octobre dernier, alors que selon les statuts, ils n’en avaient pas le droit. La plainte du groupe Elahee devait aussi indiquer que: «once the 7 members took notice that their presence as delegates were in breach of the Rules of The MFA they then proceeded to resign immediately before the election».Dans les documents qui ont été déposés devant la cour, tout comme dans leur plainte, il a été fait ressortir que deux membres de l’actuel comité de la MFA, nommément Louis Michael Samuel et Vikash Mootooveren  «was found guilty of serious criminal offences and who were thus debarred and prevented from standing as candidates to be elected at the level of national managing committee.» Une action que selon la plainte du duo Elahee-Madhow est contraire à la règle 32.4 des statuts de la MFA.
Dans la liste des plaintes formulées dans leur affidavit, il était question que des élections au sein des comités régionaux ont été organisées après la date limite pour le dépôt de candidature pour la présidence de la MFA.  Tout comme il a été expliqué dans l’affidavit que les élections au sein des comités régionaux ont été organisées en opposition aux statuts de la MFA. De plus, la position de la FIFA, qui fut représentée lors de cette assemblée du 11 octobre, à savoir par Primo Corvaro, est aussi mentionnée dans la plainte. Notamment en ce qui concerne  les élections qui ne devaient pas être organisées dans ces circonstances.
Dans leur plainte, les 17 clubs affirment que leur  démarche s’explique par le fait que la MFA «have refused to initiate procedures to resolve all problems following the said alleged elections». Avec cet ordre de la cour suprême pour interdire à la MFA d’organiser cette assemblée générale du 17 décembre, il va sans dire que la plus haute instance judiciaire de Maurice a estimé que le comité de Samir Sobha est dans une situation illégale en attendant de pouvoir prouver le contraire le 14 janvier 2014.
Ce qui veut explicitement dire que le comité directeur de la MFA n’a plus le droit d’agir en tant que tel, sans le risque d’un contempt of court.