Après sa fermeture pendant pas mal d’années pour des raisons qui nous sont encore obscures, le Centre Technique National François Blaquart (CTNFB) renait. Sa réouverture a eu lieu jeudi dernier, à Réduit en présence de l’ancien Directeur technique national (DTN) de la Fédération Française de Football (FFF) et de Mauritius Football Association (MFA), François Blaquart, le ministre de la Jeunesse e des Sports, Stephan Toussaint et le Vice-président de la république de Maurice, Paramsivum Pillay Vayapooree. L’objectif premier du CTNFB reste de produire des footballeurs de qualités afin d’approvisionner l’élite et surtout l’équipe nationale et en parallèle, hausser le niveau du football mauricien.
Cette réouverture coïncide également avec une nouvelle vision dans le domaine de la formation. En effet, les jeunes pousses seront non seulement suivies et encadrées techniquement, mais aussi académiquement. Le Sport Medical Unit fera régulièrement des bilans et le ministère de la Jeunesse et des Sports fera en sorte qu’ils puissent également suivre le programme du Duke of Edinbourg Award, pour leur propre épanouissement social.  Au niveau des encadreurs, c’est Ackbar Patel qui a été désigné comme le Head coach du centre. Gilbert Bayaram, Daniel Ramsamy, Nicolas Doro, Colin Bell, Désiré L’enclume et Johnny Hurungee seront les entraîneurs pour les différentes catégories (U15, U17 et U19). François Blaquart quant à lui, travaillera  directement avec ces derniers en tant que consultant et effectuera le déplacement vers Maurice au minimum deux fois par an.
Pour ce dernier qui a été à la tête de la sélection nationale entre 1988 et 1993, le Centre Technique qui a vu le jour en 1990 n’aurait pas dû fermer ses portes. « A l’époque déjà, c’était un projet innovant. Le centre technique était le premier de ce genre à Maurice. Et à travers sa structure, on élevait le niveau de football et préparait les futurs entraîneurs. Je me demande pourquoi il a été abandonné, sachant que dès le départ, elle a donné de très bons résultats. Et ils étaient honorables », dit-il. L’émotion lui était palpable lors de la cérémonie. « C’est quelque chose de très fort pour moi, notamment de voir le centre technique national renaître et de revoir les amis avec qui le projet avait commencé. Je félicite ceux qui ont eu l’idée de rouvrir le centre technique. J’espère qu’ils vont vite rattraper le temps perdu et de rejoindre de ce qu’il y a de meilleur au niveau africain.  Je souhaite que cette structure perdure.  Je suis persuadé qu’elle est la seule solution pour que le football mauricien soit plus vivant », fait-il ressortir.
L’objectif JO 2024
A savoir, que dans les années 90, le CTNFB a vu l’émergence des entraineurs de niveau à l’instar d’Akbar Patel, avec qui le Club avait remporté la médaille d’or aux Jeux des îles de l’océan Indien en 2003 à Maurice. Des joueurs de calibre, comme Désiré Periatambee, Jimmy Cundasamy, Jerry Louis, Gilbert Bayaram et tout récemment, Adel Langue, Cédric Permal, Stéphan Nabab et Emmanuel Vincent ont aussi passé par le CTNFB. Selon Stephan Toussaint, « la seule solution d’avoir un bon football, c’est d’avoir un centre de formation. Mais ce n’est pas dans un an ni de deux qu’on en récoltera les fruits. Il va falloir se montrer patients », nous fait-il part.  « Les jeunes vont vivre une aventure formidable au centre. Nous leur demandons tout le sérieux possible. Il va falloir faire preuve de discipline, rigueur et respect. Mon ministère veillera à leur accompagnement. On a envie de voir loin et grand. On a le doit de rêver. Et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris, en est un. Nous pouvons viser les qualifications », avance le ministre.
Quant à Paramsivum Pillay Vayapooree, il souhaite que les jeunes en particulier, puissent vivre des instants patriotiques à travers le sport. « Je n’ai jamais vécu un fort moment de patriotisme que quand Jean-Marc Ithier avait inscrit le but victorieux pour Maurice contre la Réunion aux Jeux des îles en 2003. Nous devons avoir d’autres occasions comme celles là pour rallier la jeunesse autour de  notre drapeau national. Donc, je suis très heureux  que les jeunes soient partie prenante dans ce renouveau », s’est exprimé le Vice-président de la République de Maurice.