La reconstitution des faits dans le cas de hit and run ayant causé la mort brutale d’Arvind Shamloll, 32 ans, ancien coiffeur, et de son épouse, Manisha, prévue à la mi-journée sur l’autoroute du Nord à Forbach, a suscité une forte dose d’émotions. Les proches parents des deux victimes, qui ont tenu à se déplacer sur les lieux du drame en guise de recueillement, n’ont pas manqué de dénoncer la lâcheté et la cruauté des deux conducteurs impliqués dans cet accident survenu samedi matin. La plus triste nouvelle a été la confirmation que Manisha, qui devait fêter ses 23 ans demain, attendait son premier enfant. Pour leur part, les limiers du Central CID misent sur cet exercice pour élucider les versions contradictoires fournies par Matthieu Coret et Barlène Mardaymootoo, les conducteurs impliqués.
À la mi-journée, sous un soleil de plomb, les proches parents de Manisha Shamloll, sont encore plus inconsolables. Veena Quedoo 47 ans, la maman, est en larmes. Elle n’arrive pas encore à comprendre ce cruel coup de sort. Malgré le poids de la douleur de perdre non seulement sa fille encore à la fleur de l’âge mais également sa petite-fille qu’elle ne verra jamais, elle a tenu à se rendre compte des derniers instants qu’a vécus sa fille. « La loi la pas bon. 23 ans mo tifi gagner demain la. Li ti ena boucou proze. Bisin mett zot pourri ene place. Ene ministre pane vine gueter ni pane dire nanye lor sekine ariver », vitupère-t-elle devant le manque de compassion des autorités.
Le père de la victime, Chatran Quedoo, 57 ans, portant encore des traces du choc de samedi matin sur le visage, rajoute « deux tifi mone perdi la. Mo tifi ti enceinte. Bisin amende la loi. La loi la pas bon ditou. »
La mère ne cache pas sa colère sourde et profonde. « Sa la route la pane faire pou faire rallye ; Guvernman bisin pren bane aksyon. Mo tifi ine sorti lakaz 7h pou ale travail, sa l’heure la ine arive sa. Zot pane meme areter. Zot ti capav ine sauve lavi mo tifi. Li pas ene li chien. Mo envi 50 ans au moins zot pourri dans prison. Bon Dieu pou puni zot », lâche-t-elle avec rage.
De son côté, Vikash Dusoruth, 34 ans, beau-frère de Manisha, est plus stoïque dans cette dure épreuve. « Je remercie la presse car sans la pression des journalistes, l’enquête n’allait pas être résolue aussi vite. C’est triste que nous ayons perdu deux piliers dans la famille. Nous sommes frustrés par rapport à ce qui s’est passé. J’espère que les autorités prendront des sanctions nécessaires à l’égard de ceux qui enfreignent le code de la route. »
Nandisha Dusoruth, 25 ans, soeur de Manisha, s’appesantit sur le fait que « j’espère que la police prendra des sanctions très sévères à l’égard de ces deux jeunes. Ils les ont écrasés et laissés pour morts sur la route comme des animaux. En cas de libération, notre famille ne s’en tiendra pas à cela ».
Les deux suspects sont arrivés sur les lieux sous forte escorte policière à Forbach sur le coup de midi. En détention policière, Matthieu Coret et Barlène Mardaymootoo soutiennent des versions contradictoires quant à leurs responsabilités dans la mort d’Arvind et de Manisha Shamloll. L’exercice de reconstitution se poursuivait à la mi-journée.