Cinquante-sept jeunes recrutés pour une formation en tant que Holistic Education Programme Animators sous le Youth Employment Programme (YEP) et dont le contrat est arrivé à expiration la semaine dernière se sont vus offrir un nouveau contrat par le ministère de l’Éducation. Cependant, ils refusent d’accepter ce contrat selon les termes proposés et à leur tour, ils font cinq propositions « réalistes » au ministère. Ils ont participé à une conférence de presse hier matin, à Quatre-Bornes aux côtés du leader du Reform Party, Roshi Bhadain.
Selon Roshi Bhadain, le ministère propose de renouveler leur contrat pour une année supplémentaire selon les mêmes conditions que l’année dernière, à l’exception de la formation, soit un paiement de Rs 6 000 (détenteur d’un certificat) ; Rs 7 000 (détenteur d’un diplôme) ; Rs 10 000 (détenteur d’une licence) et Rs 12 000 (détenteur d’une maîtrise) par mois. Il ajoute que les jeunes ont une semaine pour accepter ou refuser cette offre. « Ils ont décidé de refuser cette offre telle quelle et conscients que le gouvernement a besoin d’eux pour travailler avec les enfants dans les écoles pour qu’ils ne soient pas pénalisés, après un brainstorming, ils sont arrivés avec cinq propositions », soutient Roshi Bhadain. Ces jeunes demandent que le transport entre leurs lieux de résidence et les écoles où ils sont appelés à travailler soit remboursé ; qu’ils puissent bénéficier d’une formation d’une année supplémentaire en vue d’obtenir un Teacher’s diploma pour augmenter leur employabilité ; qu’ils soient payés selon la formule pro rata lorsqu’ils travaillent pour la « winter school » ; qu’ils reçoivent une fiche de paie pour qu’ils puissent contracter un emprunt ou acheter à tempérament ; et que la date de paiement de leur salaire soit alignée à celle des autres secteurs, soit à la fin du mois, car certains déplorent recevoir leurs subventions avec du retard. Pour Roshi Bhadain, ils doivent pouvoir, comme tout le monde, faire leur budget du mois et cela dépend de ce qu’ils touchent à la fin du mois.
« Ces demandes sont tout à fait réalistes », a soutenu le leader du Reform Party en affirmant avoir expliqué la situation clairement aux jeunes concernés. Il leur aurait également expliqué leur « responsabilité envers le pays ».
Roshi Bhadain estime que le contrat proposé par le ministère « ne fait que repousser le problème auquel ils font face à plus tard ». Or, dit-il, avec leurs propositions réalistes, « même s’ils ne sont pas recrutés par le gouvernement plus tard, au moins ils seront suffisamment formés pour trouver un emploi ailleurs ».