Le gouvernement français a appelé jeudi les « gilets jaunes » à ne pas manifester samedi pour permettre aux forces de l’ordre de concentrer leurs efforts sur la traque de Cherif Chekatt, l’auteur présumé de la tuerie du marché de Noël de Strasbourg, dans le nord-est de la France.

« À ce stade, nous n’avons pas décidé d’interdire les manifestations » auxquelles certains protestataires continuent d’appeler pour la journée de samedi, a souligné le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux sur la chaîne CNews.

Mais il a demandé aux manifestants qui protestent depuis près d’un mois contre la politique sociale et fiscale du gouvernement de se montrer « raisonnables » après l’attentat de mardi soir, qui a fait trois morts, une victime en état de mort cérébrale et 12 autres blessés.

La colère des « gilets jaunes » « a été entendue » et il y a été « répondu », a insisté M. Griveaux, en référence aux mesures annoncées lundi par le président Emmanuel Macron pour augmenter le pouvoir d’achat des salariés et retraités les plus modestes.

« Nos forces de l’ordre et de sécurité ont été mises à contribution énormément ces dernières semaines », a fait valoir le porte-parole, rejoint par certains responsables politiques et syndicaux.

« On voit bien l’extrême fatigue des policiers », a souligné sur la radio RFI le patron du syndicat CFDT Laurent Berger, estimant qu’il « serait de bon ton de ne pas surcharger les barques ».

Déployées en force pour encadrer les multiples rassemblements, parfois émaillés de violences, de ces dernières semaines, les forces de l’ordre sont désormais lancées dans une vaste traque pour tenter de retrouver l’homme le plus recherché de France. Plus de 700 policiers et gendarmes sont mobilisés et un avis de recherche a été publié mercredi soir.

Allemagne, Suisse et Italie en alerte

Près de 40 heures après les faits, il n’est pas sûr que le tueur présumé, Cherif Chekatt, soit encore en France. Les enquêteurs ont pensé un moment qu’il pouvait avoir passé la frontière et s’être réfugié à Kehl, en Allemagne, juste de l’autre côté du Rhin. Mais une intervention des polices française et allemande mercredi matin n’a pas permis de retrouver sa trace.

Selon la radio allemande Inforadio-RBB, citant des sources proches de l’enquête, l’assaillant aurait reçu, juste avant l’attaque, un appel en provenance d’Allemagne, auquel il n’aurait pas répondu.

Les autorités allemenades ont intensifié « les mesures de contrôle et d’enquête de la police des frontières (…) dans la zone frontalière », a déclaré à l’AFP une porte-parole du ministère allemand de l’Intérieur, Eleonore Petermann. L’avis de recherche français a par ailleurs été largement répercuté par la police allemande sur Twitter.

La Suisse, à 130 km au sud de Strasbourg, a également renforcé ses mesures de sécurité à la frontière. Même précaution des autorités italiennes qui ont décidé de « renforcer au maximum les contrôles préventifs », notamment sur les lieux fréquentés par des foules.

En décembre 2016, le Tunisien Anis Amri, qui avait fait 12 morts et 48 blessés en fonçant en camion sur le marché de Noël de Berlin, avait été tué quelques jours plus tard lors d’un contrôle de police à Milan. Mais contrairement à Amri, qui avait séjourné en Italie, aucun lien n’a pour l’instant été établi par les enquêteurs entre Cherif Chekatt et ce pays.

 » Individu dangereux « 

Né à Strasbourg et fiché « S » (« sûreté de l’État ») pour sa radicalisation islamiste, Cherif Chekatt, 29 ans, a un passé judiciaire très lourd. Il compte 67 antécédents judiciaires, dont 27 condamnations en France, Allemagne et Suisse pour des faits de droit commun.

L’avis de recherche décrit un « individu dangereux » de 1,80 m, « peau mate », « corpulence normale », avec une « marque sur le front ».

L’homme est soupçonné d’avoir ouvert le feu contre des passants mardi soir dans le centre historique de Strasbourg, alors que le marché de Noël allait fermer. Doté aussi d’une arme de poing et d’un couteau, il a ensuite échangé des tirs avec les forces de l’ordre, qui l’ont blessé au bras.

Dans des circonstances encore floues, l’assaillant a réussi à prendre un taxi pour se rendre dans le quartier du Neudorf, où a eu lieu un nouvel échange de tirs avec la police, avant qu’il ne disparaisse.

Des témoins ont entendu Cherif Chekatt crier « Allah Akbar », et la section antiterroriste du parquet de Paris s’est saisie des faits.

La vie reprenait doucement à Strasbourg jeudi, où les écoles – fermées la veille – ont été rouvertes. Des passants déposent bougies ou pétales de roses sur les lieux de l’attaque.

Mais le marché de Noël, qui attire chaque année deux millions de touristes, restait fermé jeudi et toutes les illuminations de la ville ont été éteintes.

Un temps de prière oecuménique est prévu en fin d’après-midi à la cathédrale.