Huit jours après l’éclatement du scandale du GamblingGate avec un complot pour détourner un jugement de la Cour suprême en faveur de Sport Data Feed Ltd au sujet de l’organisation de paris sur les matches de football à l’étranger, deux développements sont intervenus. D’abord, par le truchement d’un communiqué signé de la Master and Registrar, Gaitree Jugessur-Manna, le chef juge a émis une sévère mise en garde contre toute tentative visant à mettre en doute l’intégrité de la justice dans des commentaires sur cette affaire. Ensuite, indépendamment des 16 premiers e-mails déposés en deux volets par Paul Foo Kune, directeur de Play-On-Line, le Central CID serait déjà en présence d’une centaine de messages électroniques échangés entre les principaux protagonistes impliqués dans le réseau du bookmaker et promoteur de Sport Data Feed Ltd, Jean-Michel Lee Shim.
Les recoupements d’informations effectués par Le Mauricien de sources concordantes indiquent que cette centaine d’e-mails portant sur les tractations du GamblingGate ont été récupérés des  mémoires des ordinateurs, laptops et de l’iPhone saisis lors de différentes perquisitions policières. Mais du côté du QG du Central CID, l’on se garde de confirmer ou d’infirmer cet élément d’informations ou encore si la teneur de ces courriels constitue la base de l’interrogatoire des principaux suspects en détention policière.
D’autres sources officieuses avancent que cette centaine d’e-mails couvrent toute la période allant d’octobre de l’année dernière au 10 juin dernier et concernent des directives et des démarches relatives aux trois demandes d’injonction logées en Cour suprême par Sport Data Feed Ltd contre Stevenhills Ltd, ASL et Play-On-Line. Cet élément semble confirmer que l’enquête initiale du Central CID a été étendue du cas de Play-On-Line à celui de Stevenhills Ltd, qui a obtenu une Stay of Execution du juge Paul Lam Shang Leen en date du 4 mars dernier.
D’ailleurs au cours de la semaine écoulée, les limiers du Central CID ont déjà consigné la version des faits du représentant de Stevenhills Ltd au sujet de la première injonction entrée par Sport Data Feed Ltd en octobre de l’année dernière avec le premier jugement rendu en début d’année par le juge Abdurrafeek Hamuth, dont le secrétaire, Krisnadatt Jory, est présenté comme un maillon fort du système Lee Shim.
Outre toute la séquence des messages électroniques entre les protagonistes, les hommes des ACP Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi s’appuient également sur des phone records des premiers nommés pour établir la chronologie des faits reprochés aussi bien que pour établir les rôles et responsabilités de chacun d’entre eux en attendant le retour à Maurice annoncé pour lundi de Jean-Michel Lee Shim.
D’autre part, la Cour suprême s’est jointe, hier après-midi, à cette affaire avec un avertissement en des termes des plus sévères contre des commentaires sur le judiciaire. « A number of comments have been made, among which a good many are gratuitous. Members of the public are notified that any unfounded attack on the integrity of the judiciary or any statements/ comments calculated to undermine the authority of the Court or prejudice the administration of justice may amount to an offence of contempt of Court », note la Master and Registrar.
Faisant la chronologie du GamblingGate, la Cour suprême soutient que le vendredi 5 juillet, le chef juge, Bernard Sik Yuen, avait été informé par un homme de loi de « certain illegal acts involving a party to a case, a counsel, an attorney and two Court officers ». L’homme de loi fut informé que c’était à lui de décider de rapporter cette affaire à la police et que « the judiciary would provide all support ». La Master and Registrar ajoute que l’enquête policière est en cours.