« Ma priorité est de sauvegarder la valeur de l’entreprise et les emplois », a déclaré ce matin au Mauricien Gérald Lincoln, Managing Partner du cabinet d’Ernst & Young, qui a été nommé administrateur de la société Mauritius Stationery Manufacturers (MSM) en butte à de sérieuses difficultés financières.
Gérald Lincoln a soutenu que toutes ses actions en tant qu’administrateur ont un objectif principal : celui de maintenir l’entreprise en activité. Depuis qu’il a été désigné administrateur de MSM sous la section 215 de l’Insolvency Act de 2009, Gérald Lincoln recueille le maximum d’informations sur la situation financière de ce fleuron du secteur de l’imprimerie à Maurice, ayant effectué plusieurs visites sur place. Le total des dettes de MSM tourne autour de Rs 400 millions alors que le nombre d’employés valeur du jour est inférieur à 200. Une réduction du personnel s’est opérée après le transfert des opérations de cartonnerie à un repreneur.
MSM a été paralysée par un niveau d’endettement très élevé et, malgré les efforts de la direction, de l’actionnaire de référence, le groupe GML, des institutions financières dont l’agence française PROPARCO et des bailleurs de fonds, l’entreprise n’a pu se remettre sur les rails. Le couperet devait tomber lors de la réunion du conseil d’administration du 25 novembre dernier. Devant la réticence des bailleurs de fonds de ne plus soutenir davantage l’entreprise, les directeurs n’ont eu d’autre alternative que de mettre MSM sous administration.
Techniquement, sous l’Insolvency Act, Gérald Lincoln dispose d’un maximum de 70 jours pour tenter de maintenir l’entreprise sur les rails. L’administrateur a trois options : a) trouver un arrangement avec les créanciers pour revoir l’ardoise de MSM, b) chercher un repreneur, et c) placer l’entreprise sous liquidation après avoir tout tenté au niveau des deux premières options. Gérald Lincoln a laissé entendre au Mauricien que des hommes d’affaires se sont déjà montrés intéressés à reprendre les opérations de MSM.
Par ailleurs, conformément aux dispositions de l’Insolvency Act de 2009, qui interdit tout échange de titres d’une société mise sous administration, la Stock Exchange of Mauritius Ltd (SEM), par le truchement du Listing Executive Committee, a suspendu toute transaction boursière de cette valeur à compter de cette semaine. La SEM annonce que les actionnaires de MSM et le public en général seront informés de tout développement concernant cette valeur boursière.
Au moment de sa suspension, l’action de MSM était cotée à Rs 8,10.