Rakshita Mungur est la première Mauricienne à participer au Global Debate and Public Policy Forum, une compétition organisée par l’International Debate Education Association sur le thème « public policy advocate ». Sélectionnée parmi 24 finalistes, cette ancienne étudiante du Mauritius Institute of Training and Development séjournera à Budapest, en Hongrie, du 11 au 16 juin.
Le Global Debate and Public Policy Forum vise à engager les jeunes dans des débats sur les sujets qui affectent leur entourage et la communauté mondiale. Ce concours ayant pour thème cette année « Securing Liberty : Balancing Security and Freedom » est organisé avec la collaboration de l’International Debate Education Authority (IDEA), le Conseil européen des relations étrangères (ECFR) et la Central European University (CEU) School of Public Policy.
Les participants – des responsables politiques, universitaires, chercheurs et militants d’organisations des droits humains, entre autres – sont appelés à réfléchir sur leur localité dans une perspective mondiale et vice-versa et sur les questions politiques qui présentent de graves défis internationaux. Il leur est demandé également de développer un guide mondial et moral pour agir en tant que citoyen responsable. Le Global Debate and Public Policy Forum, indique au Mauricien Rakshita Mungur qui y participera, était divisé en quatre parties dont la première comptait 200 participants. 100 jeunes ont ensuite été sélectionnés pour le deuxième tour des débats. 24 ont été retenus pour la finale qui se tiendra à la Central European University à Budapest.
Rakshita Mungur a été choisie sur la base de son policy paper. Chaque participant, explique-t-elle, a la tâche de rédiger un mémoire politique de 1 200 mots qui vise à apporter des idées et à contribuer à un débat mondial sur les politiques publiques de sécurité, le terrorisme et de droits humains. Le document servira de véritable outil de communication à un public réel lors d’un événement de sensibilisation.
Rakshita Mungur fera une présentation sur les Humanitarian Grounds pour expliquer l’intervention des États-Unis en Iraq. « J’ai abordé les lacunes de ce système et formulé des propositions que je mettrai en avant lors des débats à la finale », souligne la jeune femme qui précise avoir pris connaissance du concours en surfant sur le net.
À ce stade, Rakshita Mungur se dit satisfaite de sa performance et attend avec impatience la finale. Sa première victoire, elle la dédie à ses parents et à son équipe de la State Bank of Mauritius qui lui a apporté beaucoup de soutien. Deux bourses de USD 10 000 chacun seront offertes à deux des 24 finalistes qui auront complété les trois tours du concours. Trois autres de USD 2 500, USD 1 500 et USD 1 000 seront octroyés aux trois finalistes du dernier round.
Rakshita Mungur est originaire de Camp-Ithier et a obtenu en août dernier son Diploma in Business Administration du Mauritius Institute of Training and Development dispensé conjointement avec SIAST Canada.