Greta Thunberg, the 16-year-old Swedish climate activist, gives a speech during the "Global Strike For Future" movement on a global day of student protests aiming to spark world leaders into action on climate change on May 24, 2019 in Stockholm, Sweden. - In a shift since the last European Parliament elections, mainstream parties have adopted climate change as a rallying cry -- spurred in part by a wave of student strikes. A Eurobarometer poll shows climate change is now a leading concern for European Union voters, not far behind economic issues and rivalling worries about migration. (Photo by Jonathan NACKSTRAND / AFP)

La jeune militante suédoise Greta Thunberg a appelé mardi l’humanité à « tout changer » dans ses modes de vie et de production pour tenter de limiter les effets du changement climatique, lors d’une conférence organisée à Vienne par l’acteur hollywoodien Arnold Schwarzenegger.

« Nous devons tout changer », a déclaré l’adolescente, soulignant que le développement des véhicules électriques et des panneaux solaires ne devait pas « faire croire que l’on peut résoudre la crise sans efforts ».

« C’est la crise la plus importante que l’humanité ait jamais affrontée », a poursuivi la jeune Suédoise, qui a dit croire à la capacité de réaction de l’humanité. « Les humains ont une grande capacité d’adaptation », a-t-elle estimé. « Une fois que nous prenons conscience (d’un danger), nous agissons, nous changeons ».

Greta Thunberg, qui multiplie les interventions à travers l’Europe, s’exprimait devant un panel de quelque 1.200 décideurs et chercheurs dans le palais viennois de la Hofburg, à l’invitation de l’ancien gouverneur de Californie d’origine autrichienne Arnold Schwarzenegger.

Celui-ci a sommé les dirigeants et les grandes compagnies de « cesser de mentir aux gens concernant la pollution et le changement climatique », et appelé à investir massivement « dans les énergies vertes pour l’avenir ».

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a pour sa part déploré que de nombreux pays signataires de l’accord de Paris sur le climat « ne tiennent même pas leurs engagements ».

Or les perturbations climatiques « progressent plus vite que nos efforts pour les contrecarrer », a relevé M. Guterres, qui organise un sommet sur le climat en septembre à New York.

L’accord de Paris, conclu entre 195 pays membres de l’ONU en 2015 mais dénoncé depuis par les Etats-Unis, prévoit de contenir le réchauffement de la planète en-dessous de deux degrés Celsius d’ici à 2100, un objectif qui en l’état n’apparaît pas en mesure d’être tenu selon M. Guterres.

Greta Thunberg a servi d’inspiration à des milliers de jeunes en Europe qui ont battu le pavé ces derniers mois pour alerter sur l’urgence de lutter contre les dérèglements climatiques.

 

phs/alm