La Force One Islamic Federation demande la révocation du ministre Abu Kasenally, de même que celle du président et des membres du conseil d’administration du Islamic Cultural Centre (ICC). Lors d’une conférence de presse à Port-Louis hier matin, le secrétaire général de la fédération, Aadeel Bundhoo, a soutenu que « le ministre s’occupant du dossier Hajj, en l’occurrence Abu Kasenally, savait dès le mois de mars que seuls 1 300 visas allaient être accordés par les autorités saoudiennes aux Mauriciens mais il n’a pas diffusé l’information clairement. Le Centre culturel islamique, lui, a même encouragé les futurs pèlerins à contacter les opérateurs agréés pour entamer les démarches en vue du pèlerinage 2012. »
Pour la fédération, il s’agit d’un drame que vivent ces futurs pèlerins, puisque fait ressortir M. Bundhoo, « le ICC a enregistré 2 000 personnes et un nombre additionnel de 200 qui sont sur une liste d’attente ».
Selon lui, comme ils ont été invités à contacter un opérateur agréé, « ils ont déjà versé de l’argent pour le Hajj ». À une question de la presse, le président de la fédération, Raffick Annowar, a indiqué que dépendant de l’opérateur, les forfaits varient entre Rs 120 000 et Rs 150 000. « Certains ont payé une partie et d’autres la totalité de la somme », affirme-t-il en précisant que pour la réservation d’hôtel, dans le cadre de ce pèlerinage à la Mecque, les organisateurs ont déboursé entre Rs 55 millions et Rs 60 millions. « Les autorités saoudiennes ne font aucun cadeau. Si vous avez besoin d’un logement, il faut payer à l’avance, à la réservation. Et tant pis si vous ne faites pas le déplacement », soutient-il. Ainsi, comme tous ceux qui attendaient un visa ont déjà déboursé de l’argent, M. Bundhoo demande « qui les remboursera ». « Minis Kasenally, président et ICC inn komet enn akt kriminel », fustige-t-il. « Il s’agit d’un drame psychologique puisqu’ils se sont préparés depuis de longs mois pour ce pèlerinage », ajoute l’intervenant. Il demande aux autorités d’assumer leurs responsabilités.
La fédération estime que « la mauvaise gestion du dossier par l’ICC et le ministre désigné est à l’origine de tous ces problèmes ». M. Bundhoo estime que si le ministre avait été franc dès le début, des négociations avec les autorités saoudiennes auraient pu aboutir positivement. Il annonce que la Muslim World League négocie en ce moment pour avoir les 700 visas additionnels aux bénéfices des Mauriciens. « Une réponse est attendue d’ici à demain », affirme-t-il.
Par ailleurs, les intervenants dénoncent le fait que « les pèlerins de 2011 ont déboursé plus d’argent pour payer leur billet d’avion que ce qui y est inscrit ». « Nous demanderons des comptes dessus également ». Ils craignent que cela ne se répète cette année. Ils relèvent que « deux nouveaux vols d’Emirates sont prévus à compter du 12 octobre. Ce qui portera à 14 le nombre de vols par semaine de Maurice ». La fédération estime que la situation est synonyme de manque de respect envers le Premier ministre, Navin Ramgoolam, qui aurait déjà annoncé les facilités qui seraient mises à la disposition des pèlerins dont un siège sur Emirates avec un prix déjà négocié et des vols direct sur Jeddah qui pourraient transporter quasiment tous les pèlerins en 24 heures.
La fédération souhaite une rencontre avec le Premier ministre au plus vite. Elle prévoit aussi une manifestation et demande aux futurs pèlerins de se rallier avec eux dans cette lutte.