La leveuse Roilya Ranaivosoa est le premier élément de la délégation mauricienne à fouler le sol brésilien. En effet, l’athlète est déjà sur place ayant pris la connexion via Dubaï depuis vendredi soir. Là, elle a été rejointe par l’entraîneur roumain Urdas Constatin et ils ont mis ensemble le cap sur la capitale brésilienne, avons-nous appris.
Le départ de l’haltérophile a été précipité vendredi par l’intervention du ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), au plus fort des divergences entre le MJS et la Fédération mauricienne d’haltérophilie autour de la démission du DTN, le Roumain Urdas Constantin, vendredi matin, et la volte-face spectaculaire effectuée par ce dernier le même jour dans l’après-midi. Il nous revient que le MJS aura fait pression en donnant un coup d’accélérateur aux négociations avec le Comité olympique mauricien (COM) pour que l’athlète obtienne dans les plus brefs délais son billet d’avion du Trust Fund for Excellence in Sport (TFES) et surtout sa carte d’accréditation dans la matinée de vendredi, quitte à ce que toutes les dépenses autour de son billet soient par la suite remboursées par le COM au TFES. Selon d’autres indications, le COM n’avait prévu son départ que dimanche (hier).
Roilya Ranaivosoa a donc embarqué seule pour Rio, sans l’assistant-coach national, Gino Souprayen, qui devait, en principe et selon les dispositions prises par la FMH, l’accompagner à un stage d’entraînement préolympique organisé par la Confédération africaine d’haltérophilie du 14 au 27 juillet à Rio. Mais en attendant ce stage, le séjour d’Udas Constantin et de sa protégée est financé par le MJS.
Vendredi dernier, l’exécutif de la FMH s’est réuni dans la soirée pour valider la démission du roumain du poste de DTN avec effet immédiat. Toutefois et en tenant compte du remue-ménage actuel, la FMH a préféré lui « assigner une dernière tâche à Rio à cause de notre représentante, après quoi il pourra rentrer chez lui, car officiellement il n’est plus le DTN de la FMH », indique-t-on.
Quant à l’eventualité que le secrétaire de la fédération mauricienne, Jimmy Mounien, fasse lui aussi le déplacement à Rio afin de partager avec le coach roumain la responsabilité de team official de l’équipe mauricienne à Rio une fois que Roilya Ranaivosoa aura bouclé sa compétition, aucune décision n’a été prise à ce niveau. Le secrétaire ayant demandé quelques jours de réflexion avant de faire part de sa décision.
Toujours est-il que les pressions exercées par le MJS quant au choix de celui qui devait accompagner l’athlète à Rio sont qualifiées d’ingérence par la fédération mauricienne. Pour rappel, Urdas Constantin est resté en Roumanie depuis janvier 2016 après un court passage à Maurice en novembre et décembre après qu’il eût accompagné Roilya Ranaivosoa aux mondiaux d’haltérophilie en novembre à Houston aux États-Unis. Il a souligné dans sa lettre de démission qu’il y avait conflit avec la FMH. Or, comment a-t-il pu y avoir conflit, s’il n’est pas à Maurice depuis janvier ?
« Cette année, quoiqu’étant également présent du 6 au 14 mai aux Championnats d’Afrique à Yaoudé au Cameroun, il aurait pu également en tant que DTN avoir assisté les deux autres représentantes mauriciennes (Shalinee Valaydon et Emmanuelle Labonne) le jour de leur compétition puisqu’il est payé par l’Etat mauricien. Mais il ne l’a pas fait, préférant se rendre avec sa protégée en Afrique du Sud pour effectuer des démarches de visa afin que celle-ci puisse repartir en Roumanie. Mais cette démarche n’a jamais abouti jusqu’à ce jour », dénonce la FMH.
Urdas Constantin devrait rentrer à Maurice après Rio. Il pourrait alors être appelé à donner des explications…