La longue traversée du désert du handball mauricien au niveau de la Coupe des clubs de l’océan Indien s’achèvera-t-elle ce soir ? Au gymnase de Phoenix, l’équipe masculine de l’Union Sportive Beau Bassin Rose-Hill tentera d’entrer de plain-pied dans l’Histoire de cette discipline en devenant la toute première formation mauricienne à décrocher ce trophée.
Face à l’équipe des villes soeurs se dresseront les Réunionnais de la Jeunesse Sportive Bénédictine, des habitués des lauriers. En lever de rideau à 16h, la finale féminine promet d’être âprement disputée entre les Malgaches du Tananarive HBC et les Réunionnaises du HBF Saint-André.
Sept ans après, l’USBBRH disputera donc une nouvelle finale dans cette compétition. Les Réunionnais de Saint-Gilles avaient alors brisé le rêve des Mauriciens au gymnase de Mahamashima à Tananarive. Cette fois, forts de leurs quatorze titres nationaux, du soutien de leur public et d’une escouade de bonne qualité, Cédric Kistohurry et ses coéquipiers sont prêts à se jeter à fond dans la bataille.
« Cette équipe possède une telle force de caractère que nous ne pouvons qu’être confiants. Les garçons ont tout à gagner et je suis déjà fier du parcours qu’ils ont réalisé jusqu’ici », avance Jean-Michel Poitevin, mentor du groupe.
Il demeure évident que cette équipe est montée en puissance depuis l’entame de cette échéance. Après une défaite sur le fil du rasoir face à son adversaire, elle a logiquement pris la mesure des Seychellois de Super 8 samedi sur le score de 38-19 pour terminer à la deuxième place de son groupe.
Lors de la première demi-finale disputée hier en fin de matinée, les champions nationaux ont su relever avec brio le challenge des Réunionnais de l’ASHB Tamponnais. Après avoir pris les devants en première mi-temps (10-8), ils se sont détachés inexorablement en seconde période pour s’imposer sur le score flatteur de 26-19. Un écart de sept buts qui s’avère somme toute rare lors d’une confrontation entre les équipes de ces deux îles.
« Nous avons su franchir les étapes avec brio. Surtout face à une équipe finaliste de la Coupe de La Réunion. À mon avis, le coup sera jouable en finale », ajoute Jean-Michel Poitevin.
Reste que cette dernière étape vers la consécration ne constituera pas une partie de plaisir. Habituée des grands rendez-vous, tels que la Nationale 2 en France, la JSB possède l’expérience voulue pour contrecarrer les intentions adverses.