« Notre projet de loi sur le handicap est destiné à réviser les lois existantes ». C’est ce qu’a déclaré la ministre de la Sécurité sociale, Fazila Daureeawoo, hier matin, lors de l’ouverture du Validation Workshop on National Strategy and Action Plan on Disability 2015-2020, à Quatre-Bornes. Cet atelier visait à donner forme à un « ambitieux programme » sur le handicap pour la période 2015-2020. La ministre a souligné l’importance que le développement tienne compte des handicapés. Elle a annoncé la mise sur pied d’un Steering Committee qui se penchera sur la mise en oeuvre des recommandations du comité des Nations unies sur les droits des personnes handicapées. La ministre devait souligner que la Convention on the Rights of Persons with Disabilities (CRPD) a attiré l’attention en août dernier, à Genève, sur le fait que plusieurs de nos lois ne sont pas conformes à ses clauses.
Tout en soutenant que Maurice a été louée, en août dernier, à Genève, pour nombre d’initiatives liées à la protection sociale des personnes en situation de handicap ainsi que la promotion de leurs droits, la ministre ne cache pas non plus tout le progrès qui reste à faire et sur lequel les Nations unies ont attiré l’attention. Fazila Daureeawoo a dirigé une délégation mauricienne à Genève en août pour présenter le bilan de notre pays dans le domaine du handicap. Ainsi, à cette occasion, les Nations unies ont souligné la nécessité de changer et d’amender plusieurs lois « qui ne sont pas en harmonie avec les clauses de la CRPD ». L’attention de Maurice a aussi été attirée sur la nécessité d’enlever les réserves sur la Convention, mais aussi sur la nécessité d’inclure des personnes avec handicap à tous les niveaux et dans tous les secteurs, devait indiquer Fazila Daureeawoo.
La ministre s’est dit satisfaite que le National Strategy and Action Plan on Disability 2015-2020 fasse provision pour ces lacunes et que « sa mise en pratique aidera à améliorer la situation des handicapés ». Le nouveau gouvernement, dit-elle, vise à rehausser les conditions de vie des plus vulnérables et c’est dans cette perspective que les bénéfices sociaux sont passés de Rs 14,7 milliards à Rs 27,5 milliards pour la période janvier 2015 à juin 2016.
Le Steering Committee qui se penchera sur la mise en oeuvre des recommandations faites par le Comité des Nations Unies sur les Droits des personnes handicapées comprendra divers partenaires dont des ONG et la Disabled Persons’ Organisation. Un autre développement important au niveau international, dit la ministre, découle du High-Level Summit on Post-2015 Development Agenda qui s’est tenu il y a quelques jours à New York et auquel a participé le Premier ministre. Ce sommet a sélectionné 17 sustainable development goals en remplacement des Millenium Development Goals qui n’incluaient pas le handicap parmi ses objectifs. Or, pour la ministre, « il est important que le développement tienne compte des handicapés ».
La révision de nos lois existantes concernant les droits des personnes en situation de handicap « viendra renforcer leurs droits, les protégera contre les abus et les violences, leur donnera plus de pouvoir sur le plan économique et leur permettra davantage d’accès à des infrastructures et autres facilités », affirme Fazila Daureeawoo. Tous les partenaires, dit-elle, seront consultés avant la finalisation du document. « Nous proposons aussi d’amender les articles 3 et 16 de la Constitution pour proscrire toute discrimination à leur encontre et créer une société plus juste et inclusive ».
La ministre a également annoncé un one-stop-shop qui rendra les services aux handicapés plus adaptés à leurs conditions et plus axés sur le client. « Mon ministère adopte une approche “with you for you” ». Elle devait souligner que cet atelier n’est pas qu’une formalité mais que les idées des participants sont vraiment attendues avant la finalisation du National Strategy and Action Plan on Disability 2015-2020.