Le produit qu’on a trouvé dans l’urine de Craftsman, Lucky Valentine, Ek Tha Tiger,  Mount Hillaby et Maestro’s Salute, le fameux«3-hydroxyN-methylmorphinan» peut-il aider un cheval à améliorer ses performances ? A cette question, ô combien importante, du Chief Stipe, Stéphane de Chalain lors de l’enquête, tenue mercredi matin, le chef vétérinaire, le Dr Christian Bourdet a répondu : «Non».
Alors pourquoi le «3-hydroxy-N-methylmorphinan» est un produit prohibé ? Nous voulons bien suivre le Dr Christian Bourdet qui est un vétérinaire confirmé, mais avouez quand même que si  c’est un produit prohibé partout à travers le monde, le «3-hydroxy-N-methylmorphinan» doit bien avoir un effet quelconque sur l’organisme d’un cheval…. qu’il en consomme ou pas par le biais du carton.
Dans l’éditorial de Turf Magazine, l’extrait d’un rapport d’un incident survenu en 2003 à Singapour informe que  le «3-hydroxy-N-methylmorphinan» avait été décelé dans l’urine de huit chevaux. Il est aussi écrit que «The performance-enhancing drugs had been administered to horses after their routine pre-race blood test, and entirely for the benefit of the conspirators’ own betting». Ce qui contredit la thèse surprenante du Dr Bourdet qui va pourtant au cours de l’enquête affirmer les caractéristiques analgésisanter du produit en question.
Avouez que désormais le doute est plus que permis, surtout qu’à Week-End des professionnels de la médecine équine sont venus nous dire leur désaccord avec les faits avancés par le Dr Bourdet dans son audition devant les commissaires des courses.
Ni notre stupéfaction, ni celle des turfistes ne s’arrêtent pas à ce qui est désormais considéré comme une «contre-vérité» d’un officiel du MTC, mais vont jusqu’au le manque de vigueur  des commissaires des courses qui n’ont donné, en tout et pour tout, qu’un simple avertissement aux deux entraîneurs Shailesh Ramdin et Jean Michel Henry. Sans prendre  en considération le fait que  les chevaux, surtout ceux appartenant à Paul Foo Kune au sein de l’écurie Sailesh Ramdin n’ont pas été «heavily back» la semaine où ils perdent et qu’ils n’ont pas mangé de carton, mais sont «très joués» lorsqu’ils  «fine mange carton» comme Lucky Valentine, Mount Hillaby, Ek Tha Tiger. Avouez que la coincidence est troublante et que l’on a de bonnnes raisons de penser que ceux qui jouent ces chevaux savent parfaitement quand le carton est contaminé et quand il ne l’est pas.
Admettez alors qu’un simple avertissement n’est pas trop cher payé pour les deux entraîneurs, surtout si nous nous basons sur le «betting» de ces chevaux. L’on remarquera que tous ces chevaux avaient été tous joués, surtout ceux de Shailesh Ramdin.  Qu’on ne vienne surtout pas nous dire que ces chevaux auraient gagné sans cette influence, car dans ce domaine, il y a toujours des surprises, des contre performances, voire même des favoris qui sont battus sur la ligne. Les exemples ne manquent pas.
Les «contre vérités» du Dr Boudet
Qui a donc fauté? Les entraineurs? Le vétérinaire en chef? Ou le Chief Stipe et ses collègues commissaires de courses?  Désormais bien malgré moi, j’accorderai le bénéfice du doute au Chief Stipe et son équipe de commissaire. Ils ne peuvent se baser que sur les témoignages pour trancher. Dans ce cas précis, il est clair et net qu’ils n’étaient pas en présence de certains faits et que toute la vérité ne leur a pas été dite. Toutefois, il était de leur devoir d’aller fouiller davantage et d’interroger le vétérinaire habituel du cheval. Et de  poser les bonnes questions pour mettre tous ceux concernés, y compris le vétérinaire en chef du MTC, devant leurs responsabilités. A aucun moment dans l’enquête, le quantum, trouvé dans l’urine des chevaux testés positifs n’a pu être clairement établi, ce qui accroît les éléments de doute chez les turfistes.
Intentionnel ou pas, ce manquement, voire cette faute est grave, car elle place encore plus le MTC dans une position indélicate.  Elle apporte de l’eau au moulin de ceux qui disent que même sans Gilbert Merven «in the front line» les conneries continuent au Champ de Mars. Voyez-vous messieurs les commissaires, administratifs ou des courses, du MTC, des paris ont été enregistrés et qu’on le veuille ou non, il y a eu des milliers et des milliers de victimes, qui ont vu leur argent partir en fumée dans cette affaire, qui s’apparente plus à une tricherie en bande organisée qu’à un simple fait involontaire qui a fait que des chevaux ont mangé de la litière.
Quelqu’un doit être responsable et doit payer pour ce qui s’est passé. C’est pourquoi, nous sommes d’avis que la sanction imposée et les disqualification des chevaux concernés et autres avertissements aux entraineurs sont loin d’être assez fort pour cette faute fut-t-elle involontaire. L’entraîneur Shailesh Ramdin a trois chevaux, qui ont été pris dans les filets. Pas un, pas deux… mais trois. Admettez que ça fait beaucoup, et la probabilité que ce soit la litière qui en soit responsable est trop infime pour qu’il s’en sorte avec un simple avertissement.
Il n’y a pas une once de doute possible. les deux entraineurs sont  bel et bien responsables et Stéphane de Chalain et son équipe ont visiblement surfé sur la vague de la facilité et ont été plus que mal inspirés. Pour son bien le MTC aurait dû avoir infliger  une sanction exemplaire. Ce n’est pas la compréhension qui va réinstaurer la confiance perdue, mais la sévérité. Il fallait être impitoyable et ne pas donner des signes de faiblesses.  Ces messieurs auront  alors constaté et les turfistes avec que la page est tournée et que le MTC est définitivement entre les mains des gens, qui ‘mean business’.
Venons en maintenant au Dr Christian Bourdet. Sa lecture des faits qui a conduit Stéphan de Chalain dans ses choix, a fragilisé son autorité  de vétérinaire en chef du Mauritius Turf Club. Son ‘move’ est aujourd’hui interprété comme  un coup de main à certains dans cette enquête, tenue mercredi.  Il y a eu des approximations. Plus grave, il a affirmé  aux commissaires de courses  que cette substance ne peut pas «enhance the performance of a horse».  Nous savons tous aujourd’hui que c’est le contraire qui est vrai.
Conflit d’intérêts
Mardi, l’entraîneur Vincent Allet, encore lui, est venu porter une accusation «banale» contre Alain Rousset, disant qu’il l’a vu dans la loge d’un entraineur et a parlé de conflits d’intérêts. Soit! Mais qu’en est-il de cet officiel du MTC dans l’actualité aujourd’hui? N’est-il pas parti en vacances avec lui à Rodrigues en compagnie d’un autre collègue du privé? Ne vient-il pas parfois aux courses avec lui ou un membre de son écurie? Qui a recommandé Jean-Noel Fayolle comme candidat au poste d’administrateur? N’a-t-il pas travaillé et fait du ‘campagne’ pour ce même Jean-Noel Fayolle et Pierre du Mée pour le poste de secrétaire administratif? N’y a-t-il pas quelque part un conflit d’intérêt de sa présence même comme un employé du MTC?  Lors de cette campagne électorale, n’est-il pas possible qu’il ait sollicité soit Jean Michel Henry et ses membres soit Shailesh Ramdin et ses membres pour donner leurs votes à Jean Noel Fayolle et Pierre du Mée? 
Nous laissons aux turfistes le soin de tirer leurs propres conclusions. Le président Jeenarain Soobagrah doit savoir que plus que jamais il est  temps de mettre en pratique certaines recommandations du Rapport Parry. Il se peut que toutes les recommandations ne puissent être appliquées du jour au lendemain, mais certaines le sont définitivement et ceux qui parlent du ‘good governance’ au MTC le savent pertinemment bien. Il faut tout simplement une bonne dose de volonté et surtout  couper tout contact avec la Rue Madame où certains des officiels et hauts gradés y vont régulièrement pour chercher… visiblement de mauvais conseils et “pou bizin ramper pou mo rode sponsor pou zotte”