Les funérailles de Noël Jean ont eu lieu le dimanche 5 octobre après son décès survenu la veille au Conservatoire de Quatre-Bornes. Maurice perd un autre de ses grands artistes. Le pianiste de Batterie Cassée était connu pour sa passion du jazz. Sa polyvalence lui a permis de participer à plusieurs grands projets.
“Sur la scène, il ne faut jamais trop en faire et ne pas être trop discret non plus”, confiait Noël Jean à Scope, dans la dernière déclaration qu’il nous a accordée en août de cette année. Cette règle, qu’il avait apprise d’Ernest Wiehe, le pianiste l’avait fait sienne depuis longtemps. Une certaine discrétion dans sa présence sur la scène, mais une musicalité très efficace : Noël Jean jouissait d’une belle réputation et avait acquis le respect qui revient aux hommes sincères qui, malgré le succès, savent conserver l’humilité et garder la tête sur les épaules.