Né le 21 juin 1952, Bam Cuttayen aurait célébré ses 65 ans cette année. Poète militant engagé dans la lutte pour le mauricianisme et la justice sociale, son oeuvre, parfois oubliée et négligée, est un message d’espoir intemporel.
“Je sais que ma musique n’est pas une musique facile, mais je suis confiant qu’elle finira par être acceptée par le plus grand nombre”, confiait Bam Cuttayen dans une interview accordée au journaliste Coll Venkatasamy, en 1981. Ce dernier rencontrait le jeune chanteur engagé de 28 ans, qui venait de lancer un album qui marquera l’histoire : Fler Raket.
Né le 21 juin 1952, Bam Cuttayen observait la société avec un regard affûté. L’âme sensible de ce poète koltar cherchait des mots capables d’apporter des couleurs au désespoir. Koz Lavenir, Devwar Patriot, Victor Jara, Saser, Orfelinn, Kolon, Lavi Meyer, Fler Raket, Souna Souna, Diego, Marsan Laliberte et Ekout Morso : les douze titres de l’album de l’ancien chanteur du Grup Kiltirel offrent une réflexion profonde sur la société mauricienne.
Poursuivant l’oeuvre de Siven Chinien, qui avait lancé Solda Lalit un an plus tôt, Bam Cuttayen ajouta aussi le violon à sa musique, profondément marquée par les instruments venant de l’Inde, d’Afrique et de Maurice. Bam chantait l’unité dans une société qui tire sa beauté de sa pluralité et dont la complexité est souvent utilisée par des êtres malintentionnés pour créer des conflits injustifiables.
Pei Larm Kuler, Side, Gaby, Fler Laliberte, Saser, Diego, Limigré ek so pei, Laklos, Pu ki pu ki?, Prizonyer lamizèr, Gaoun Ke Aurat, Me 75, Listwar sekre, Kiririyé et plusieurs autres chansons à textes, portées par une musique profonde et souvent mélancolique, portent les messages du chanteur philosophe, qui inspire toujours artistes et citoyens engagés.
Bam Cuttayen est décédé le 24 juillet 2002.