L’Independent Commission against Corruption (ICAC) compte loger des charges provisoires de blanchiment d’argent contre Wesley Bhadoodeenkhan, dit Toto, âgé de 40 ans. Une équipe de la commission anti-corruption l’a en effet interrogé cette semaine sur la provenance de ses biens, qui font l’objet d’un “freezing order” de la Cour suprême. La demande avait été formulée par les hommes de Navin Beekarry sous la Prevention of Corruption Act alors que le principal concerné était en cavale. 
Le gel des avoirs concerne : un terrain de 270 m2 sur lequel a été érigé un bâtiment à Terre-Rouge, que le quadragénaire avait acquis le 28 mai 2008 pour Rs 1,3 M?; un terrain acheté le 26 août 2009 pour Rs 1,6 M route Cocoterie, à Roche-Bois, et qui est au nom de la compagnie GTO Spare parts Ltd (en liquidation)?; et une voiture immatriculée 2886 ZT 04 au nom de sa compagne, Rachel Larose. 
Le suspect n’a pas collaboré avec les enquêteurs au cours de son interrogatoire. Ces derniers le soupçonnent d’avoir acquis des biens immobiliers et d’autres objets à travers de l’argent provenant du trafic de drogue. Les enquêteurs estiment qu’il a été utilisé par des caïds, en prison et à l’extérieur, pour blanchir leur argent. 
Toto Bhadoodeenkhan sera traduit en justice dans les prochains jours pour sa mise en accusation provisoire. Les enquêteurs comptent questionner certains membres de son entourage prochainement. L’ICAC les soupçonne d’avoir bénéficié des financements douteux. Une demande auprès de la justice pour le gel de leurs biens n’est pas à écarter.  
Par ailleurs, l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) poursuit son enquête en ce qui concerne son implication présumée dans la saisie de 12 700 comprimés de Subutex en février sur le dénommé Louis Nelson Nabab. Ce dernier avait accusé Toto Bhadoodeenkhan d’être le commanditaire de cette drogue. Mais il ne l’a pas reconnu lors d’une parade d’identification organisée aux Casernes centrales le mois dernier. 
L’affaire n’est pas pour autant terminée pour le quadragénaire, car les hommes du DCP Choolun Bhojoo et du surintendant attendent un ordre judiciaire pour aller de l’avant avec le décryptage des cellulaires saisis sur lui au cours de son arrestation. Les enquêteurs estiment que ces appareils renferment des informations précieuses sur le trafic de drogue, dont l’importation de Subutex à Maurice. Des développements à ce sujet sont attendus prochainement.