Deux ans après l’incendie qui a éclaté dans l’entrepôt de l’hypermarché Shoprite à Trianon, Parmessur Domah, le père de Dinesh Domah, dont les restes avaient été retrouvés après que le sinistre ait été circonscrit, a logé une plainte réclamant Rs 10 456 000 de dommages à Shoprite ainsi qu’à l’État et au ministère des Collectivités locales. Le père avance notamment dans sa plainte que Shoprite n’avait pas assuré un environnement sécurisé pour son fils.

Dans la plainte rédigée par l’avoué Gilbert Noël, il est question de « l’expérience traumatisante » de Parmessur Domah et du « sentiment d’agonie et d’impuissance » de ce père après avoir appris que son fils, Dinesh, qui travaillait comme “Groceries Shelf Packer”, n’avait pu s’échapper de l’entrepôt en proie à un violent incendie.

Le père explique que, le 12 novembre 2017, après avoir appris qu’un incendie avait éclaté dans l’entrepôt où travaillait son fils, il s’était précipité sur les lieux pour savoir ce qu’il était advenu de son fils. « Les chances que mon fils soit secouru ont viré au désespoir au fil du temps », soutient-il dans la plainte qu’il a déposée pour faire état de la situation désespérée dans laquelle se trouvaient les proches du défunt. Parmessur Domah avance en outre que ce n’est que le 19 novembre, soit une semaine après l’incendie, qu’il a été confirmé que son fils avait péri dans les flammes, soit lorsque ses restes ont été retrouvés.

Selon Parmessur Domah, son fils est décédé de la faute de Shoprite, « qui a failli à sa responsabilité de fournir un environnement de travail sécurisé, notamment en n’ayant pas pris les mesures adéquates pour prévenir, contrôler ou encore permettre de circonscrire un incendie », avance le père de la victime. Mais ce dernier attribue aussi la faute à l’État qui, selon lui, « n’a pas réussi à prendre des mesures alternatives nécessaires pour secourir Dinesh Domah ».

Le ministère des Collectivités locales est aussi mis en cause dans cette plainte. Le père déplore en effet le fait d’avoir « prolongé la souffrance morale de la famille et des proches de Dinesh Domah pour avoir reçu la confirmation de son décès une semaine après que l’incendie a éclaté ». Pour ces raisons, Parmessur Domah demande que Shoprite, l’État et le ministère des Collectivités locales lui paient conjointement des dommages à hauteur de Rs 10,5 M.

C’est tard dans l’après-midi du 12 novembre 2017 que l’incendie a éclaté dans l’entrepôt de Shoprite, à Trianon. Douze équipes de pompiers, venues de différentes casernes de l’île, ont été mobilisées pour tenter de se frayer un chemin dans un des entrepôts de 500 mètres carrés en feu, où sont stockés des produits alimentaires, des boissons alcoolisées, de l’huile, des produits de parfumerie et du plastique, entre autres. Ce n’est qu’après quatre jours que les pompiers avaient pu venir à bout des flammes.