Photo illustration, Rose-Hill

Ils paient la taxe municipale et s’attendent à ce que les routes de Rose-Hill soient « en bon état » pour que tout le monde puisse les emprunter sans crainte. Regroupés dans une association, ces habitants, qui ont été témoins des accidents dans les rues principales de Rose-Hill, réclament une rencontre avec le Premier ministre, Pravind Jugnauth, le Premier ministre adjoint, Ivan Collendavelloo, la ministre des Collectivités locales, Fazila Daureeawoo, et le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha.

« Depuis deux mois, les rues de Rose-Hill sont dans un piteux état. Les travaux de remplacement de tuyaux semblent se faire à la va-vite et tous les débris ne sont pas collectés. Le marquage sur les routes n’existe pas et il n’y a pas les panneaux qu’il faut pour indiquer quelle route emprunter. Les véhicules et les passants ont des difficultés à circuler librement », explique au Mauricien Lindsay Marion, membre du groupe Debout Citoyen. Ces routes concernées sont notamment Hugnin, Labourdonnais, Stevenson, Ambrose, Gladstone et La Reine, toutes utilisées par bon nombre de personnes. Une lettre a même été envoyée au Premier ministre et au leader de l’opposition pour expliquer le problème. « Je constate que les travaux ne sont pas effectués selon les normes, car il existe un manque de panneaux de signalisation », fait-il ressortir.

Selon lui, les habitants sont « désemparés » en raison de cette situation. L’un d’entre eux, tellement fatigué d’attendre la municipalité de Beau-Bassin/ Rose-Hill à remettre à jour le drain devant sa maison, le fait à ses propres frais.

Pour Lindsay Marion, les habitants paient la taxe municipale et doivent, au moins, vivre dans une situation de sécurité. S’il dit « ne pas être contre les travaux », il demande que ceux-ci soient « correctement effectués ». Il poursuit : « L’asphaltage des routes s’est fait tellement vite qu’après des averses, nous constatons des trous. »

De telles routes, ajoute-t-il, provoquent des accidents. Cet habitant de Quatre-Bornes craint que si la situation continue, « les accidents continueront à se produire et pire, les drains seront bouchés et occasionneront des inondations lors des grosses averses ». Lindsay Marion veut que les quatre ministres rencontrent les habitants et que les problèmes qu’ils vivent tous les jours soient résolus.