Stéphane Mathieu, qui a participé dimanche dernier au Ironman de Port-Elizabeth, une des plus longues et difficiles épreuves de triathlon au monde (1,8 km de natation, 180,2 km de vélo et 42 km de course à pieds), est un homme heureux. Il a réussi à relever le défi en franchissant la ligne d’arrivée dans les temps prescrits, soit en 16h28. Sa joie est encore plus grande car grâce à sa participation à cette compétition, les enfants souffrant de dystrophie musculaire et qui sont membres de la Muscular Dystrophy Association pourront enfin bénéficier d’appareils respiratoires dont ils ont tant besoin.
Stéphane Mathieu a tenu à associer sa participation au Ironman à la cause des enfants souffrant d’une maladie incurable, qui affecte les muscles dont ceux des voies respiratoires. Le montant de l’aide récolté à travers la levée de fonds avoisine les Rs 170 000. Comme promis, IBL Foundation a doublé ce chiffre, ce qui porte la somme totale à Rs 340 000.
« Je suis content d’avoir à la fois réalisé mon rêve qui était de participer à un Ironman et d’avoir réussi à récolter une somme conséquente afin de venir en aide aux enfants souffrant de dystrophie musculaire. Je tiens du fond du coeur à remercier les personnes qui m’ont soutenu dans cette aventure, à commencer par ma famille, mon entraîneur Yannick Lincoln, mes sponsors IBL, IBL Foundation, BrandActiv avec sa marque Narta, et Mauritian Eagle Insurance, ainsi que mes amis. Je suis aussi très touché par la générosité des Mauriciens, grâce à qui plusieurs enfants souffrant de cette maladie pourront aspirer à une meilleure qualité de vie. Je tiens à les remercier pour ce geste tant louable », a déclaré Stéphane Mathieu.
Simple amateur de trail, il s’est sérieusement mis au travail il y a deux ans pour avaler chaque matin des kilomètres de natation, de vélo et de course à pied, sans compter la préparation physique et mentale. « Je suis très reconnaissant envers Yannick qui m’a accompagné durant toute ma préparation », précise-t-il.
Et d’ajouter : « Malgré les conditions difficiles qui prévalaient le jour de l’événement avec notamment une mer assez démontée et un vent de face très gênant par moments, j’ai réussi à terminer la compétition dans les temps autorisés. Le vélo a été l’épreuve la plus difficile des trois, avec des montés interminables et des descentes rapides très courtes. À 77 km de la course, j’ai commencé à souffrir de mes tibias, la douleur s’est accentuée lors de la course à pied et devenait insupportable par moments. Mais je suis très content de ma performance car à aucun moment je n’ai pensé à abandonner. J’étais venu pour finir l’épreuve et je l’ai fait. C’est une expérience qui restera à jamais gravée dans ma mémoire et qui a certainement forgé davantage mon mental. Je suis d’autant plus content car pendant deux ans j’ai consenti à d’énormes efforts et de sacrifices. »
Cécile Henry, Senior Manager CSR & Communication d’IBL, a tenu à féliciter Stéphane Mathieu, employé du groupe, pour avoir été jusqu’au bout malgré les difficultés rencontrées. « Stéphane s’est battu pendant plus de 16 heures pour réaliser d’une part un rêve qu’il chérissait depuis longtemps et d’autre part sa participation va permettre à plusieurs enfants souffrant de dystrophie musculaire de bénéficier d’une meilleure qualité de vie, cela grâce aux fonds récoltés qui seront remis à la Muscular Dystrophy Association ».