La bataille légale que livre ISKCON à la succursale de McDonald’s à Phoenix autour de la viande bovine continue à être au détriment de la plaignante. Pas plus tard qu’hier, le juge en Chambre lui a refusé l’ordre intérimaire qu’elle recherchait en attendant que l’appel qu’elle a interjeté contre le jugement rendu par le juge Prithiviraj Fekna soit entendu et déterminé.
La veille, soit mercredi, Mahendrasing Taukoordass, vice-président d’ISKCON, avait déposé une motion pour être prise par le juge des référés. Dans sa motion, il a demandé à la Cour d’interdire à la Chicago Restaurant Ltd, qui détient la franchise McDonald’s, et à Ascencia Ltd de poursuivre leurs activités commerciales. Au cas où le juge rejette cette motion, la plaignante a réclamé du juge qu’il émette un ordre intérimaire, afin d’empêcher que de la viande bovine ne soit vendue dans le restaurant.
En ce qui concerne la demande de la plaignante concernant le gel de l’exécution du jugement Fekna en attendant l’appel logé, cette question sera prise le 6 mai prochain. Il est à faire ressortir qu’à propos de la remarque faite dans un point d’appel de la société selon laquelle le juge Fekna serait un pasteur actif, le juge en chambre trouve que la référence à un corps religieux est vague. Il ajoute que ce point aurait dû être soulevé par le représentant légal d’ISKCON, qui selon lui, aurait dû demander au juge Fekna de se récuser avant qu’il ne rende son jugement.