À la suite de l’avis d’appel logé le 27 mars dernier par l’International Society for Krishna Consciousness (ISKCON) contre le jugement qu’a rendu le même jour le juge Prithiviraj Fekna en faveur de McDonald’s, la première société a déposé hier sa motion d’appel en Cour suprême ainsi qu’une demande d’injonction. C’est la quatrième fois qu’elle sollicite l’intervention du juge en Chambre.
Cette demande est appuyée par un affidavit qu’a juré Mahendrasing Taukoordass, vice-président d’ISKCON, dans lequel il demande à la Cour d’interdire à la Chicago Restaurant Ltd, qui détient la franchise McDonald’s, et à Ascencia Ltd de poursuivre leurs activités commerciales. Au cas où le juge rejette cette motion, la plaignante compte réclamer du juge qu’il émette un ordre intérimaire, afin d’empêcher que de la viande bovine ne soit vendue dans le restaurant du centre commercial Phoenix.
Dans le même souffle, ISKCON demande également que l’exécution du jugement soit suspendue, en attendant que la Cour suprême arrive à une décision finale concernant son appel.
M. Taukoordass indique dans son affidavit que depuis 1989, l’ISKCON occupe deux terrains à Phoenix sur lesquels ont été construits un temple et un bâtiment. Il soutient que pour tout adepte de l’hindouisme, l’abattage des vaches et la consommation de la viande bovine sont interdits.